Accéder au contenu principal

Tango

Elle :

Mes pensées licencieuses sont multiples...
Je m'imagine vous affolant,
vous,
poignets liés dans le dos,
moi,
me déshabillant lentement,
vous offrant mes seins dans une corbeille de satin,
une guêpière aux jarretelles glissant le long de mes cuisses...
Je garde encore ce string qui vous cache mon intimité...
je vous frôle,
vous tendez la bouche... 
je m'assieds sur vous
vous me suppliez de vous détacher,
Vos mains sont avides de moi...


Lui:

Je vous suis soumis, je m'offre à vous, pleinement conscient.
Asseyez vous sur moi où il vous plaira, pourvu que vous me laissiez le temps de vous délivrer.
Etouffez moi de votre chatte humide, pourvu que je puisse vous offrir mes caresses.
Arrosez mon corps de vos liquides impudiques, pourvu que je puisse vous tenir la main.

Cavalier dompté je me laisse guider.

Vous m'avez libéré,
dans un bruit étouffé de papier froissé,
de chair dépliée, une caresse comme un voile
je vous lèche, trop longtemps sevré,
quel plaisir, cela pourrait durer des heures,
mes mains se posent sur vos hanches,
soulèvent votre cul,
j'y glisse ma langue, très indiscret, très...

Cavaliers enlacés, attachés, rivés, luna y sol

mes mains cette fois se posent sur votre ventre,
l'une sur votre petite perle de nacre,
l'autre se faufilant à l'orée de vos seins

Volte face, autre rythme, autre tango, otras cosas...
je veux vous entendre gémir, vous gémissez,
je me fait dur, vous fondez,
je veux vous regarder debout, les jambes écartées,
vos seins allongés dans les papiers épars,
votre cul me fait face, et je vous caresse,
et vous murmurez mon prénom,
je vous demande d'écarter les jambes encore un peu plus,
de lever votre cul pour faire lever ma queue,
et vous vous exécutez...

Tango des sens affolés, danse des mots esquissés,
Tantôt guide, tantôt guidé, tango endiablé.
Des baisers argentins, tangueros passionés.
Solo quiero besarte apasionadamente.

1481062444_1f39be4d5c_o

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube