lundi 16 février 2009

De l'autre côté du miroir #1

Vous avez peut être lu le triptyque intitulé "Miroir" que j'ai publié ces derniers jours. Sachez que ce texte m'a été inspiré par un récit écrit par l'insoumise (récit intitulé chez elle "l'atelier"). Une histoire qui elle même a jailli des poussières d'étoiles qui ont pétillées au creux des reins de cette belle insoumise lorsque celle-ci a découvert l'un de mes textes écrit il y a quelques années pour Muriel et Raphaelle (au passage je les embrasse). En attendant, dans mon miroir vous avez pu lire ce qu'un homme pouvait vivre en observant les caresses de deux femmes, de l'autre côté du miroir vous pourrez ressentir ce qu'une femme vit lorsqu'elle est le centre de toutes les attentions.
Bonne lecture. 

Un vendredi soir printanier, 20h j’arrive à l’adresse que vous m’avez indiquée par mail le cœur battant… avec vous chaque nouvelle rencontre est une véritable surprise.

Numéro 13, je souris puis me penche sur le paillasson. Je découvre une grande enveloppe blanche sans aucunes inscriptions, je la saisis puis l’ouvre et y découvre un mot de vous ainsi qu’une clef me permettant d’accéder à cet appartement. J’entre doucement, il fait sombre… je tente de reconnaître cette odeur qui ne m’est pas inconnue sans y parvenir… j’avance à tâtons cherchant l’interrupteur.

Dés que je le trouve j’allume la lumière et découvre que cet appartement tient plutôt lieu  d’atelier à un(e) artiste peintre. Je comprends alors cette odeur familière qui est en fait un mélange d’huile de lin, de peinture à l’huile et d’essence de térébenthine.

Quelques toiles sont posées à même le sol je les observe attentivement… des portraits... Dans un coin un m’attire particulièrement… un nu… une femme allongée sur le ventre sur un lit ancien, les yeux fermés, un bras ballant… comme si elle s’était assoupie après un tendre corps à corps avec le peintre et que celui-ci en avait profité pour saisir cet instant… Ce tableau dégage une telle sensualité que j’en ai un long frisson.

Je sursaute en entendant la sonnerie de mon portable. C’est vous je vous réponds immédiatement.

« Etes-vous arrivée ? »
« Oui, j’y suis… »
« Avez-vous lu ma lettre et suivi les instructions ? »
« Non, je suis navrée j’étais entrain …. »
« Peu m’importe ce que vous étiez entrain de faire! Vous serez punie, il vous reste à partir de maintenant 15 minutes pour vous préparez ! »

Je reste interdite de par votre froideur et le fait que vous ayez raccroché subitement.
Je prends le message et le lis attentivement…

« Quand vous arriverez sur les lieux vous irez dans la chambre où vous trouverez un paquet. En l’ouvrant vous comprendrez ce que j’attends de vous… Une fois prête vous vous installerez sur le lit et attendrez patiemment que votre Maître arrive ! »

Je trouve la chambre et découvre le lit ancien que j’avais admiré sur le tableau quelques minutes plus tôt… mes yeux se posent sur une boite noire entourée d’un ruban bordeaux, je m’en saisis et l’ouvre délicatement. J’y découvre une guêpière noire en dentelle, ainsi que le string assorti et une paire de bas… je l’enfile fébrilement… puis les bas, et enfin le string. Au moment de refermer la boite j’aperçois un petit morceau d’étoffe dans le coin de la boite je m’en saisis… du satin… Je réalise que c’est un bandeau… Je regarde l’heure, il ne me reste que 2 minutes, je me presse… je m’installe sur le lit et me bande les yeux…. puis m’allonge et patiente, ce qui me semble être une éternité.

J’entends la porte s’ouvrir… je frémis… aucun bruit… où êtes-vous ? Je sursaute, vous venez d’effleurer ma cheville… je vous sens vous accroupir à mes cotés…
« Vous m’avez désobéi », me murmurez-vous à l’oreille... votre souffle chaud me fait frissonner…
« Mademoiselle pour cela vous savez d’ores et déjà que vous serez punie mais pas aujourd’hui… pour le moment prenez ma main et levez vous… sans aucune protestation ni questions ! »

Je saisis votre main contact qui m’électrise… puis me lève… et vous suis. Vous m’embrassez… un long baiser sensuel qui déclenche en moi de longs frissons et une émotion humide au creux de mes jambes… Vous vous approchez de nouveau de mon oreille.

« Mademoiselle, aujourd’hui vous ne m’appartiendrez pas physiquement….aujourd’hui vous appartiendrez à la personne qui se tient près de moi… Non ! Vous ne pouvez protester, vous le savez… Vous allez quand je vous le dirai ôter ce bandeau et vous soumettre à ses moindres désirs ! »
Je vous sens vous éloigner…
« Enlevez-le ! »

Tremblante, je m’exécute… j’ouvre les yeux et la découvre… Elle est sublime, châtain, les cheveux mi-longs, de grands yeux clairs… à peu près de ma taille… Vous êtes derrière elle et observez ma réaction puis vous passez votre main sur son cou et l’attirez pour un long baiser sans me quitter du regard… puis me tendez la main… comme hypnotisée je m’approche de vous, vous m’attirez à mon tour et m’embrassez avec force… vous reculez puis posez vos mains sur nos nuques nous faisant comprendre que vous souhaitez que nous nous embrassions…

« Elle est à vous ma chère amie… guidez la… »

Elle s’approche de moi, pose sa main sur la mienne puis se penche pour un baiser... il est doux… je reste immobile incapable de quelques mouvements que ce soit…

cage

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire