Accéder au contenu principal

De l'autre côté du miroir #3

Quand je les ouvre vous me regardez toujours, vous souriez… vous venez de comprendre que je viens de lâcher prise, que certaines barrières viennent de céder… Vous vous installez alors sur le fauteuil juste derrière vous…

Elle continue lentement à jouer avec sa langue… faisant monter en moi un plaisir intense… mon corps se transforme peu à peu en brasier… Sentant que je vais jouir elle s’interrompt me provoquant un petit cri de frustration… puis elle parcourt mon ventre et mes rondeurs de sa langue, des baisers pour remonter sur ma poitrine. Elle prend l’un de mes seins dans sa bouche… sa langue joue avec mon téton déjà durci par le plaisir… elle le pince entre ses lèvres, entre ses dents… je me cambre encore en gémissant…

Je vous cherche, tomber sur votre regard fiévreux de me voir prendre autant de plaisir décuple le mien… à cet instant précis j’aimerais vous donner autant de plaisir que vous m’en donnez par l’intermédiaire de votre amie…

Dans un murmure je vous appelle…. D’un doigt sur votre bouche vous me faites comprendre de me taire, que vous ne viendrez pas nous rejoindre… J’imagine combien vous devez prendre sur vous pour nous laisser, je me demande comment vous pouvez bien faire pour gérer l’excitation que je peux lire dans vos yeux et que je peux imaginer trouver dans votre pantalon si j’avais la possibilité de vérifier… Plus mon plaisir augmente plus mon envie de vous croît…

«  À toi…. » Me glisse-t-elle…
Elle s’allonge alors sur le lit… j’hésite un instant, je ne sais quoi faire… je n’ai pas d’expérience, quel plaisir pourrais-je lui donner moi la néophyte ? Je vous regarde comme pour puiser dans votre regard le courage qu’il me manque pour me lancer…
Je ferme les yeux et décide d’imaginer que c’est vous qui êtes allongé près de moi… je commence par un baiser timide et doux… elle glisse sa langue dans ma bouche à la recherche de la mienne. Quand elles se trouvent elles se lient pour un tendre ballet… le baiser se fait plus fougueux… elle me transmet ainsi son plaisir, son désir qui finissent ainsi par me faire lâcher prise totalement…

Je ne réfléchis plus, elle n’est qu’un corps que j’ai envie de parcourir, de découvrir comme si je découvrais mon propre corps… que j’ai envie de sentir vibrer, frissonner…
Je quitte alors sa bouche, l’embrasse dans le cou puis descends sur sa gorge… je la mordille, elle gémit….je continue à descendre et atteins ainsi sa poitrine… ses seins sont ni petits, ni gros, ils sont beaux, ils sont fermes… je les caresse du bout des doigts, du bout des griffes, la faisant gémir de nouveau… je fais courir ma langue sur ses aréoles qui s’élargissent de plaisir… j’observe ses tétons se durcir… voir que je lui donne du plaisir m’excite… me motive… je prends alors le téton droit dans ma bouche… je le pince entre mes lèvres et le titille avec ma langue rapidement… puis je passe à l’autre auquel j’inflige le même traitement.

Pendant que ma bouche découvre sa poitrine… ma main droite glisse sur son ventre qui se contracte sur son passage… j’arrive sur son petit mont lui aussi si doux… l’image d’une petite pêche me vient à l’esprit... elle écarte les jambes sans que j’ai besoin de lui demander… en attente de ma main dans son intimité… à ce moment là j’hésite de nouveau mais j’entends un « vas-y » lancé dans un souffle et je pénètre enfin ce corps féminin autre que le mien… j’effleure son petit bouton elle gémit de nouveau puis je plonge immédiatement dans son intimité… la sentir toute mouillée m’excite je sens le nectar de mon plaisir s’écouler le long de mes cuisses… mon souffle est court… mon corps est bouillant… je sursaute, elle vient de poser une main sur mes fesses… mon corps est électrique… je gémis sous ses caresses douces et légères…

Je m’écarte me mettant à cheval sur elle… pour la première fois je la fixe dans les yeux… et découvre son magnifique et pénétrant regard clair… levant les yeux c’est le votre que je peux soutenir… Que ressentez-vous ? Quelles sont vos envies, vos pensées… Raphaël… répondez-moi ? Telles sont les questions qui me passent dans la tête en vous regardant…

« Encore... » Me réclame-t-elle doucement… alors je me concentre de nouveau sur son corps… je l’embrasse en la fixant dans les yeux… nos seins s’effleurent. Cette sensation me rend folle… je descends lentement… j’embrasse chaque partie de son corps… ma bouche s’attarde sur son bas ventre autour de son nombril… un plus bas… j’effleure sa petite pêche… joue dessus avec ma langue… elle soulève alors le bassin comme un appel à ma langue à venir s’immiscer en elle, à venir la goûter… Je refuse de lui répondre tout de suite mais la satisfait légèrement du bout du doigt… elle gémit de plus en plus… je prends son clito entre mon index et mon pouce et le fais rouler… je peux sentir qu’il est énorme sûrement sur le point d’exploser... Je m’installe maintenant à genou entre ses cuisses qu’elle écarte au maximum… d’une main j’écarte ses lèvres et découvre alors son intimité… douce et inondée... je peux voir son petit bouton pointer… il est effectivement très gonflé et tout rose.

« Goûtes-le » me supplie–t-elle en ondulant du bassin… cette fois j’accepte et du bout de la langue je vais à la rencontre de ce petit bouton identique au mien… Elle gémit fortement dès que le contact se fait… je tourne autour lentement pour commencer puis je le happe entre mes lèvres… nouveau gémissement… j’insère un doigt puis deux et commence à aller et venir en elle pendant que de ma langue je joue avec son petit bouton… Son souffle s’accélère d’un coup… ses mains se crispent sur mes épaules… je reconnais ces réactions semblables aux miennes… c’est enivrant de savoir que je vais la faire jouir… là… maintenant ! Elle se cambre et crie… elle vient de jouir… cela provoque en moi un frisson de plaisir intense….

« Viens je vais te faire jouir » me dit-elle…

Je me redresse, descends du lit que je contourne… Et m’approche de vous… vous m’observez sans réagir toujours maître de vous-même, comme si vous saviez déjà ce que je m’apprête a faire, comme si vous l’aviez prévu… à ce moment précis je me dis que j’aimerais une fois… une seule fois pouvoir vous déstabiliser !

Je me baisse et dépose un baiser léger et rapide sur vos lèvres… puis je me retourne et m’assois sur vous… vous ne le voyez pas mais je ne peux retenir un large sourire en sentant votre sexe si dur sous votre pantalon… j’écarte les cuisses, elle comprend de suite ce dont j’ai envie et vient s’accroupir devant moi… de sa langue, elle joue sur mon clito proche de l’explosion… je sens votre souffle chaud et court sur ma nuque ce qui m’excite… elle me pénètre d’un doigt… je sursaute et crie… votre sexe dur est toujours calé entre mes fesses… je me laisse aller contre vous, contre votre torse… Je me raidis… m’accroche à vos mains qui se trouvent sur les accoudoirs du fauteuil… me cambre… dans un gémissement je prononce votre nom… je jouis enfin…

rouge

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…