Pause méridienne

11h15 : Portez moi à votre bouche ma chère captive, embrassez ce vous qui me représente, ce vous qui passe ses journées et ses nuits contre votre peau dénudée. Ce vous que j'ai voulu comme un petit pense bête initialement, une façon de vous rappeler que j'étais à vos côtés y compris lors de mes absences. Vous avez fait de ce pendentif, une chose que je n'attendais pas. Vous l'avez fait moi, "Vous". J'ai été touché par cette attention. Et j'espère que ma présence est encore palpable sur votre peau à chaque instant. J'espère que chaque matin devant votre glace vous me voyez déposer un baiser sur votre décolleté. J'espère que chaque soir vous ressentez la caresse qui parcourt le creux de vos seins.
Ce "Vous", je veux aujourd'hui le savoir en vous, dans votre intimité, dans ce lieu que je ne découvrirai sans doute jamais. Alors offrez moi au moins cette présence, cette découverte en pensée. Décrochez le pendentif de votre cou. Embrassez le, parcourez le de votre langue, écartez les cuisses, écartez vos lèvres. Caressez vous légèrement afin d'attiser une once de plaisir. Continuez à agacer votre petit bouton, doucement, lentement, ne vous laissez pas emporter par l'envie de lâcher prise, je ne veux pas que vous jouissiez, pas tout de suite. Lorsque vous sentirez votre esprit prêt à rendre les armes devant l'urgence de votre corps, alors seulement vous pourrez me déposer en vous. Enfouissez moi profondément. Je veux sentir votre tréfonds, je veux sentir la chaleur qui en émane, laissez moi visiter, une heure. Laissez moi en vous une heure. Toutes les 10 minutes, vous frotterez doucement le tissu de vos dessous contre votre sexe enivré. Une minute à chaque fois, pas plus, doucement, tout doucement. Et après chacune de ces petites caresses, vous m'adresserez un message me faisant par de votre ressenti, de vos impressions. Je vous répondrai dans une heure, soyez présente à mes côtés. 12h15. Je vous attendrai.
11h43 : Où êtes-vous? voila donc la question...il y a peu vous vous trouviez autour de mon cou....au creux de mes seins... contact quotidien mais si doux... vous vous promeniez parfois d'un sein à l'autre quand vous parveniez à vous libérer de leur emprise.
il y a peu vous étiez dans ma bouche... chaude, humide... ma langue vous parcourant lentement...
maintenant vous êtes en moi... doucement… délicatement... vous avez glissé facilement au contact humide de mon intimité... je me suis concentrée sur chaque sensation, vos reliefs si doux....vous êtes en moi....vous y resterez encore un moment...
11h53 : Je viens de glisser ma main sur mon leggins... douces caresses que je vous imagine m'offrir... je suis troublée... je ne vous sens pas... lorsque je suis debout ou quand je marche, mais voila des que je m'assois ou me penche... là je vous sens, je vous ressens... provoquant de multiples contractions vaginales...
je dois filer faire une course... je vous raconterai comment cela s'est passé....
12h15 : Me revoici, je ne sais si ce sont les vibrations de la voiture mais j'ai le sentimentsque vous avez glissé... ce qui a pour effet de provoquer un léger frottement intime quand je marche... oui la traversée du parking de l'école fut étrange... j'ai pu vous sentir a chaque pas... troublant...
12h17 : J'ai dit que je serai à vos côtés à 12h15, je ne pensais pas que vous reviendriez à temps...
j'ai envie de prolonger le plaisir. Vous êtes vous caressée toutes les dix minutes comme demandé ? Combien de fois l'avez vous fait. Continuez à décrire ces étranges sensations, j'aime être en vous.
12h23 : Je tenais à être à l'heure... vous affirmer que je me suis caressée toutes les 10 minutes serait vous mentir... en effet je suis partie faire cette course où j'ai attendu 20 minutes vous comprendrez vous même que je n'ai pu le faire donc... 
votre demande est arrivée à 11h17... Je me suis caressée comme vous le désiriez avant que vous ne veniez en moi...
j'ai recommencé 10 ou 12 min plus tard... à travers mon boxer...
puis de nouveau 10 min plus tard... a travers mon leggins...
et pour finir a 11H50 juste avant de sortir...
vous n'imaginez pas à quel point je peux être sensible...troublée, humide... j'aime vous sentir en moi... vous y êtes toujours d'ailleurs à cet instant précis...

12h28 : Alors nous allons prolonger ce jeu, jusqu'à ce que vous parveniez à faire ce que je vous ai demandé.
Toutes les 10 mn des caresses à travers le tissu, pas plus d'une minute.
Ensuite, après chaque caresses, un mail pour me décrire votre état, vos pensées, vos sensations, vos désirs.
Lorsque je serai satisfait de vous je vous le dirai et nous pourrons passer à la suite, en attendant je resterai silencieux et vous lirai sur la pointe des pieds.
Évidemment je reste en vous plus que jamais.

12h33 : je lis votre mail a 33....
c'est parti pour dix minutes
12h45 : 43 + 1 min....
Je m'isole m'assoies sur le bord de mon lit... jambes écartées... ma main se posant sur mon entre jambes... j'appuie légèrement afin de bien sentir la pression sur mon petit bouton... je ferme les yeux inspire profondément... doucement je me caresse... 1 min c'est court...
12h48 : Prochaine fois : 2 minutes
13h02 : De nouveau je m'isole dans la pénombre de ma chambre... de nouveau assise sur le bord de mon lit... je me caresse... 2 min... comme vous me l'avez autorisé... ma main se plaque sur mon sexe... je peux en sentir la chaleur à travers mon leggins...
je vous imagine derrière moi... je frissonne... gémis doucement... je meurs d'envie de glisser la main sur mon boxer pour me sentir plus près de vous, de mon petit sexe que je devine très humide...
13h11 : Cette fois je change, je suis dans la salle de bain... vous n'avez rien dit et je m'autorise le droit de me caresser à travers le boxer après tout vous aviez dit à travers le tissu… sourire malicieux
je me caresse... je gémis rapidement sentant beaucoup plus ma main... j'effleure la chaine qui pend le long de ma cuisse cette chaine reliée a vous... elle est humide... j'ai chaud... le souffle court... une envie... jouir enfin... mon petit bouton est déjà tellement gonflé
13h12 : Ne me dites pas que vous avez joui ?
13h13 : M'avez vous autorisé à jouir?
il ne me semble pas....
13h14 : Continuez, c'est très bien. Mais surtout interdiction de jouir sans mon autorisation expresse.
Prochaine fois 3 minutes, veuillez noter à chaque fois l'heure de vos caresses.
à 13H18 Mes contractions vaginales vous ont fait glisser... j'ai du vous remettre en place... hmmmmm vous repousser en moi d'un doigt fébrile... ma petite chatte est maintenant toute mouillée... je ne peux retirer mes doigts je continue donc à me caresser sans cette barrière de tissu... je gémis... 3 min... déjà terminé... je suis là pantelante...
13h25 : Vous resquillez. Punition : 1 minute
à 13H30....+1 min
selon votre décision je n'ai pu me caresser qu'une minute... terriblement rapide...
je ne peux contrôler mes nombreuses contractions vaginales... je suis inondée... envie de jouir...
13h37 : je suis là assise face à mon ordinateur... ondulant lentement... vous n'imaginez pas mon état d'excitation... état auquel vous ne désirez pas mettre un terme de toutes évidences... je tente de conserver le contrôle de ma respiration... n'étant pas seule à la maison...
Je n'attends qu'un mot de vous... délivrez-moi maintenant je dois bientôt sortir à nouveau...
Délivrez-moi...
13H41....de nouveau qu'une seule minute... vous me torturez... je ne peux que faire augmenter mon plaisir sans toutefois me laisser aller... quelle frustration à chaque fois que je m'interromps...
13h58 : je suis de retour.... dans 3 minutes je reprendrai ce que vous m'avez demandé.
13h59 : 3 minutes
14h00 +3 min de torture...
Mon intimité devient douloureuse tellement je suis excitée... je ne peux qu'effleurer mon boxer sous peine de jouir violemment... oui je glisse un doigt sur mon boxer et ce simple contact provoque des sursauts...
14h10 : mettez vous nue, quittez vos vêtements, vos dessous, faites le dans la plus grande urgence. Et enfin, je vous y autorise, dans l'urgence caressez vous, branlez vous, jouissez, jouissez de tout votre saoul, jouissez, encore. Jouissez. Vos reprendrez ensuite ce Vous qui est en vous et le porterez à votre cou ivre de votre plaisir, saoul de votre miel. Léchez moi.

cadenas
Photo : Christine Lebrasseur

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tahiti

J'en suis heureuse