Sa petite garce

Je suis sa petite garce, sa petite garce attitrée. L’idée me plait de jouer d’elle à loisir. D’un mot lui faire écarter les lèvres. D’un mot allumer le brasier. D'un mot l'incendier. D'un mot prendre corps en elle.D’un mot la faire fondre, la rendre moite, l’inonder, l'envahir, l'obséder. D’un mot la rendre sexe. Elle est un peu garce elle aussi. Je le suis bien plus qu’elle. J’ai envie qu’elle me prenne fort. Je ne me suis jamais offert. Jamais de la sorte à aucune femme, mais cette envie est présente, et avec elle, incontournable. Un jour je lui offrirai mon cul et je serai sa pute. Le mot me plait, le mot m’encense, devenir juste une petite chienne en chaleur. Arborer ma croupe ostensiblement, la remuer sous ses yeux, qu’elle me renifle et qu’elle me lèche. Copieusement. A grand coup de langue. Oui ! Qu’elle parcourt ma face nord de sa langue inquisitrice, qu’elle me baise sans compromis. Qu’elle me fesse sans vergogne ! Copieusement. Je suis sa garce, son objet au moins autant qu’elle. Je fais ce que je veux de ma jouisseuse. Et pour une fois je veux que ce soit elle qui m’égare, qui me promène, qui me dévergonde. Une laisse invisible à la main. Regarde ce petit cul qui se trémousse. Regarde comme il t’aguiche, comme il t’invite. Je te nargue. Je mérite correction. Fais-moi ce plaisir. Prends-moi ! Baise-moi ! Fais de moi ta chatte par procuration. Enfonce tes doigts. Écarte mes chairs. Dilate mon cul. Rends-moi circulaire, élastique, capable de tout. Décadence. Tu veux me prendre, tu veux me posséder, m’emplir. Je t’en supplie fais-le ! Ça n’est pas assez, tu demandes plus ? Alors je me donne, je m’offre, fais ce qu’il te plait, mais je t’en prie fais le ! J’ai envie de le dire, j’ai besoin de le dire, je n’ai pas peur de le dire, je veux que tu m’encules, que tu m’assailles, que tu me prennes, que tu me baises.  Après tout, je suis ta petite garce. 

36928821

Garce...
Approche un peu que je te lèche... Que ma langue, entre tes fesses, te fasse fondre de plaisir... Que ma langue qui ouvre ton cul t'arrache un gémissement de bonheur... Oui, te prendre... De cette queue que j'ai fichée dans mon cul, que je retire doucement, que je lèche et que je glisse entre tes fesses... Que j'appuie doucement... Juste assez pour te tenter, pas assez pour forcer un passage... Dis-le... Dis-le que tu veux que je te baise comme une petite pute... J'appuie un peu, je sens tes muscles se détendre un peu... Encore, pour en faire entrer le gland... Regarde-moi... Montre-moi ton regard, quand je t'ouvre, quand je te prends... Une claque sur ta fesse droite. Encore... Plus fort... Et quand tes muscles se sont habitués à cette présence entre tes fesses je la fais glisser en de lents va-et-vient... Branle-toi... Montre-moi ton plaisir...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tahiti

J'en suis heureuse