Accéder au contenu principal

Jean-Louis

Elle me montre ses dessous, elle parade, des corsets à sa taille

Je la vois chienne, je la vois faussement innocente, je la veux à mes pieds

Elle ne me montre rien ou si peu, sans pouvoir la toucher, que mes yeux, que mes mots

Je la vois pute, je la vois pleine, je la vois catin, je la veux défoncée

Elle s’exhibe toujours vêtue, toujours cet objet à ses hanches

Je la vois écarter les cuisses, je la vois décharner son sexe, je la veux exhibée

Elle se joue de notre distance, joue les lointaines, me montre son nouveau serre taille, l’air de rien

Je la vois les seins éventés, je vois des marques, des yeux exorbités, je la veux le cul défoncé

Elle pose sans se dévoiler, elle me met au supplice, cache ses hanches sous le brillant satiné

Je vois sa bouche, grande ouverte envahie par des centaines de queues anonymes, je la veux béante

Elle distille sa présence, m’envoie quelques photos, toujours si prude, dans son dos le tissu enlacé

Je vois son visage souillé de sperme, je vois ses cheveux sales de pisse, je la veux ravagée

Elle me nargue avec sa taille de guêpe, toujours rehaussée d’un corset subtil, étoffe douce

Je la vois se faire prendre, se faire maltraiter, elle consent, elle demande, je la veux suppliante

Elle se croit immaculée, me raconte ses débauches, me les interdit, gainée de soie et d’orfèvres

Fuis avant que je ne te possède ! Fuis avant que je ne t’étouffe ! Continue ton manège, torture encore mes sens et tu paieras le prix cher, tu étoufferas sous l’étau du plus étroit de tes corsets. Tu jouais à me rendre fou, alors je laisserai libre court, je déchainerai mes instincts.

Fuis avant que je ne te prenne ! Fuis avant que mes mains ne te tienne ! Continue tes minauderies et tu ne seras plus que flaque essorée par ce corset que je lacerai à l’extrême, étouffant tes cris et tes pleurs par mon sexe dans ta gorge et la pression de la gaine.

Un cuir brut abrasant ta peau si douce, compressant tes hanches, le pourtour de ton ventre, enfonçant tes côtes. Joue toi de moi et je te réduirai au néant de tes entrailles, je redessinerai ton corps, réduisant l’espace de tes omoplates, serrant toujours plus fort, nouant la douleur dans ton souffle. Tu me diras alors s’il est toujours si bon de m’allumer, de t’offrir aux autres et de t’interdire à moi. Tu me diras cela dans un souffle lorsque tu seras mon pantin désarticulé, lorsque dans mes yeux la plus dure des flammes éclairera ton visage aveuglé de douleur, lorsque j’aurais embrasé tes cavités brulantes, lorsque j’aurai calfeutré ton buste. Tu m’obsèdes et je te le ferai payer. Alors fuis ! Fuis ce JE !

corset

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…