Accéder au contenu principal

Lune

Je suis dans la steppe, mes pas effleurent le sol, à peine un son, à peine un souffle, je retiens tout. Je retiens mon cœur, je cache tout. Je retiens mon souffle, apnée, fine inspiration, faible expiration. Je retiens la vie. Ne rien ébruiter, ne rien froisser, glisser sur la steppe, une flèche fine dressée vers sa cible. Il fait froid, le ciel est noir, encre totale. De lourds flocons tombent du ciel. Etoiles mouvantes, tombant du grand néant. Un son domine le tout. Bruit de coton, froissement sourd des cristaux sur la steppe. Aux aguets, à l’affût, j’entends le soupir sifflant du vent nocturne, la caresse mordante des herbes lames, le battement furieux des cœurs alentours. Il n’y a que mon cœur que je masque. Glisser sur la steppe, un fauve, âme fantôme, prédatrice, conquérante.

Un étang glacé, blanc mystérieux presque bleu. Aucune ombre, je me cache, me parant des joncs figés par le givre. Seul reflet, le blanc charnel, couleur de lune. Lune pleine. Lune masque. Lune silencieuse derrière les nuages sombres. Et partout ce froid, ce gel, tout est figé dans l’obscurité glaciale de cette vie nocturne. Seul, j’avance. Un but, un objectif, une proie. Elle. Approche secrète, silencieuse. L’attente débute. Corps dénudé, peau esseulée, des flocons éternels pour parure. Paraître invisible. Réduire le tout. Réduire le souffle. Réduire l’afflux. Veiller le corps parenthèse, garder l’esprit au vif. Observer. Deviner. Anticiper ses mouvements. Respirer sa peau. Lire derrière ses paupières clauses. A la lune masque, dépasser le clair de lune, déchiffrer l’autre visage.

Imaginer le piège, le tendre, l’attendre. Fendre la nasse noire, en un éclair, éparpiller le ciel d’encre, lorsque le temps se présentera. Libérer le clair, obscur désir, illuminer la lune, culte au plaisir.  Filer, droit, l’atteindre, arquer, muscles bandés. Taille fine, ventre dur. Un regard. Un mot. Silence. Flux du sang, odeur de chair. Peur de se faire prendre. Peur de s’offrir. Peur de perdre. Désir secret de prendre, d’offrir, l’interdit. Les masques tomberont. Pour l’heure, l’instant prime. Retenir encore mon souffle. Contraindre les battements qui veulent s’échapper. Les faire taire, glacial, ne laisser rien, n’offrir que le masque. Souffle coupé.

Souffle de neige. Le mien. Le sien. Je ne vois plus que son corps, princesse sacrificielle, vierge noire, pensées secrètes. Lune à deux faces. Blanche comme noire. Le vent souffle, le ciel s’ouvre à sa lumière envoutante. Conquise. Il est temps. Bas instincts vers le haut. Le fauve jaillit, saisit, prend de toutes ses forces le sujet de sa chasse gardée. Sur l’étang glacé, dans la steppe endormie, deux corps se battent, au même rythme, jeu de proie, jeu de masque. Clair de lune pour deux corps essoufflés. Ascenseur vers le ciel des profondes renaissances. J’ai le cœur marin, accroché à ses cils, je ne vacille pas, je l’étreins, les lèvres sèches d’un baiser en suspend, mille jours, déjà. La pulpe des doigts bouillonnant, flux sanguins palpitant, elle et moi. Fauves ou fantômes. Ames rêvées, en un instant, vécues. Premier baiser au clair de lune, le retenir, dernier souffle, inspirer sans le laisser mourir.

Lucviatour
Photo : Luc Viatour

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…