Accéder au contenu principal

Lune

Je suis dans la steppe, mes pas effleurent le sol, à peine un son, à peine un souffle, je retiens tout. Je retiens mon cœur, je cache tout. Je retiens mon souffle, apnée, fine inspiration, faible expiration. Je retiens la vie. Ne rien ébruiter, ne rien froisser, glisser sur la steppe, une flèche fine dressée vers sa cible. Il fait froid, le ciel est noir, encre totale. De lourds flocons tombent du ciel. Etoiles mouvantes, tombant du grand néant. Un son domine le tout. Bruit de coton, froissement sourd des cristaux sur la steppe. Aux aguets, à l’affût, j’entends le soupir sifflant du vent nocturne, la caresse mordante des herbes lames, le battement furieux des cœurs alentours. Il n’y a que mon cœur que je masque. Glisser sur la steppe, un fauve, âme fantôme, prédatrice, conquérante.

Un étang glacé, blanc mystérieux presque bleu. Aucune ombre, je me cache, me parant des joncs figés par le givre. Seul reflet, le blanc charnel, couleur de lune. Lune pleine. Lune masque. Lune silencieuse derrière les nuages sombres. Et partout ce froid, ce gel, tout est figé dans l’obscurité glaciale de cette vie nocturne. Seul, j’avance. Un but, un objectif, une proie. Elle. Approche secrète, silencieuse. L’attente débute. Corps dénudé, peau esseulée, des flocons éternels pour parure. Paraître invisible. Réduire le tout. Réduire le souffle. Réduire l’afflux. Veiller le corps parenthèse, garder l’esprit au vif. Observer. Deviner. Anticiper ses mouvements. Respirer sa peau. Lire derrière ses paupières clauses. A la lune masque, dépasser le clair de lune, déchiffrer l’autre visage.

Imaginer le piège, le tendre, l’attendre. Fendre la nasse noire, en un éclair, éparpiller le ciel d’encre, lorsque le temps se présentera. Libérer le clair, obscur désir, illuminer la lune, culte au plaisir.  Filer, droit, l’atteindre, arquer, muscles bandés. Taille fine, ventre dur. Un regard. Un mot. Silence. Flux du sang, odeur de chair. Peur de se faire prendre. Peur de s’offrir. Peur de perdre. Désir secret de prendre, d’offrir, l’interdit. Les masques tomberont. Pour l’heure, l’instant prime. Retenir encore mon souffle. Contraindre les battements qui veulent s’échapper. Les faire taire, glacial, ne laisser rien, n’offrir que le masque. Souffle coupé.

Souffle de neige. Le mien. Le sien. Je ne vois plus que son corps, princesse sacrificielle, vierge noire, pensées secrètes. Lune à deux faces. Blanche comme noire. Le vent souffle, le ciel s’ouvre à sa lumière envoutante. Conquise. Il est temps. Bas instincts vers le haut. Le fauve jaillit, saisit, prend de toutes ses forces le sujet de sa chasse gardée. Sur l’étang glacé, dans la steppe endormie, deux corps se battent, au même rythme, jeu de proie, jeu de masque. Clair de lune pour deux corps essoufflés. Ascenseur vers le ciel des profondes renaissances. J’ai le cœur marin, accroché à ses cils, je ne vacille pas, je l’étreins, les lèvres sèches d’un baiser en suspend, mille jours, déjà. La pulpe des doigts bouillonnant, flux sanguins palpitant, elle et moi. Fauves ou fantômes. Ames rêvées, en un instant, vécues. Premier baiser au clair de lune, le retenir, dernier souffle, inspirer sans le laisser mourir.

Lucviatour
Photo : Luc Viatour

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :