Accéder au contenu principal

Les p'tits nouveaux

Vous vous souvenez que la dernière fois (ici, et ) que j'ai présenté des petits nouveaux, j'avais osé leur lancer un tag (ou un truc qui y ressemblait férocement).

Bon résultat des courses, il reste quelques mauvais élèves au fond de la classe. Quelques mauvais élèves qui n'ont pas suivi le bon exemple donné par la Paresseuse, par Ambre, par Titia, par Négligeable Indécent ou encore par Chilina. Du coup, cette fois-ci j'hésite à lancer un exercice du même type. Je vais me laisser le temps de la réflexion et vous présenter de nouvelles pages à lire.

Commençons par Duel au Soleil, je me demande encore pourquoi le Duel ? Voilà qui me fait penser qu'il faudra que je lui pose la question. De toute évidence, elle est seule à tenir ces pages. Des instants de réalité noyés dans un peu de fiction, des doutes aussi mais sans doute la volonté de toujours voir au travers des éventuels nuages les chaleureux et sensuels rayons du soleil. Vous trouverez chez elle, entre autres choses, une belle écriture, de l'humour caustique et des photographes talentueux.

duelausoleil

Autres tranches de vie, celles des Amours Illicites, Cristina nous parle de son amour pour Titouan, de cet amour extra conjugal qui ne souffre d'aucune culpabilité, juste la sensation de vivre à nouveau pleinement sans oublier ce que lui apporte son quotidien.

amours_illicites

Une nouvelle, qui n'en est pas une, Céline nous parle de ses forces et de ses fragilités, la voilà qui nous revient après quelques mois d'absence. Une absence toute légitime pour avoir donner la vie. Des désirs rémanents qui reprennent doucement leur place au sein de son couple.

entre_force_et_fragilit_

Cette fois, il ne s'agit plus de mots, mais de quelqu'un de talentueux qui a décidé de retranscrire ouvertement ses passions bdsm dans un autre art qu'elle maîtrise tout autant, celui de la photo. Je vous invite à découvrir ses photos, des visions d'hommes offerts, des visions encore trop rarement présentes tant il est vrai que les sujets féminins sont la normes en la matière.

SaddiKt

Home, Home, Home... non pas home sweet home... quoi que ce serait sans doute un beau compliment aussi, une expression qu'elle a du lire nombre de fois déjà, mais Home comme Homéostasie : capacité que peut avoir un système quelconque à conserver un équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures. Voilà qui nous en dit déjà beaucoup. A vous de la découvrir.

Home

Et enfin, pour finir, j'avais déjà fait un peu de pub (à plusieurs reprises) pour le concours de nouvelle organisé par Eve et par Soleil de Juillet sur le site d'Eve Photosensualité. Eve n'avait plus beaucoup de temps à consacrer à tous ces univers, alors Soleil a repris le flambeau. Elle a créé un très bel univers, plus simple à manié que l'annexe des nouvelles de photosensualité. Désormais plus besoin d'attribuer des points, chacun donnera ses trois textes préférés. Soleil a repris les derniers textes dont la thématique était la lune. Les votes sont à nouveaux ouverts. Quant au prochain thème, il portera sur la ville la nuit, personnellement j'y participerai.

lasensualiteduboutdevosdoigts

Voilà d'ailleurs qui me donne une idée... comme les petits nouveaux de la dernière fois verraient sans doute d'un mauvais œil que les p'tits nouveaux de cette fois-ci n'aient pas un petite quelque chose à faire (je n'y peux rien, c'est pas ma faute, c'est eux qui veulent), et si Duel, Cristina, Céline, Mme SaddiKt et Home allaient passer quelques instants sur le dernier site de Soleil pour écrire soit un texte sur "la ville la nuit", soit donner leur préférence des nouvelles écrites sur le thème de la Lune ? Qu'en pensez-vous ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube