Accéder au contenu principal

Contrastes

Trois jours. Trois jours, trois matins. Trois fois ma main droite sur mon sexe. Déposer le laiteux dans ma paume. Droite. L'apposer au bas de mon ventre. Sensation froide sur ma peau, vite oubliée, vite absorbée par le 37°2 du sang qui me donne vie. Plaquer la main gauche, rejoindre la droite. Appliquer. En cercle s'éloignant de leur base, recouvrant mon corps de traces blanches, mousses éparses sur ma nudité, deux mains qui caressent. Circuit quotidien. Remontant mon corps pour venir au siège de mes pensées, hypophyse stimulée, libido mode on, coulant sur mes épaules pour tomber vers mon cul. La main gauche poursuis sur les jambes, revient dans mon cul. La main droite ne s'est pas perdue. Elle a pris queue. Ne la lâche plus. Elle serre la base, ne monte pas, rétracte le membre, fait gonfler les bourses. Je sens une boule de sensation. Infime mais déjà irradiante. Elle assiège mes songes et les éclairs se font.

Toi. Femme des légendes. Je te montre un arbre, un arbre au tronc fin, un chêne, il rompt la pente et recueille derrière lui trois bûches. Sa peau est râpeuse et tu l'enserres. Je baisse ton vêtement ample. Décidé, je baisse ta culotte de jeune fille. Et ta lune se fait caresser par l'astre automnal, juste pour nous. Derrière nous le ponton et l'étang. Une branche blanche, légère, rigide. Trois fois. Trois marques sur ton cul. Six parures rouges, blanche entre les parallèles. Le bois se rompt. Je regarde autour. Je romps une branche, l'effile, l'effeuille. Tu n'as pas bougé, tes bras t'unissent à la sève. Tes lèvres dégorgent de jus. Je fouille en toi. Trois fois encore. Trois coups cinglant, brûlant et ton corps qui ne tient plus sa place. Je t'assois sur les bûches et je me branle face à toi. Mon sexe ample. Mon gland gorgé de sang, de plus en plus. Regarde. Ma droiture. Je contracte mes muscles, tend la peau et m'échappe en jets qui viendront heurter ton haut noir. Blanc immédiatement bu par le tissu. Inauguration. Je fais couler mon lait dans ma paume gauche. Ma main droite serrant la base. Ma main regorge de vie, déborde et inonde le sol. J'entends les goûtes tomber dans les feuilles mortes.

J'entends les gouttes se noyer sur l'émail de la douche. Mes pieds ont pris une couleur bleue. Écho des veines saillantes de ma queue encore animale, assaillie de vie. Le gland est rouge, ma peau est rouge, une mousse blanche parsème ma main, une écume entre le pouce et l'index, je recouvre doucement mon souffle. La chaleur n'est plus en moi, elle est en dehors, sur ma peau. Contraste avec la fraîcheur de la salle de bain refroidissant eau et mousse sur mon corps. Je reprends le jet. Rince ma peau pour devenir propre. Arrêt. L'eau ne coule plus que sur mon corps. Je plie les bras, ramène mes mains sur mes épaules. Des gouttes roulent sur mes avant bras, courent jusqu'aux coudes, je les place au dessus de mon sexe et des gouttes fraîches viennent mourir sur mon sexe gorgé de vie et de chaleur. Tu es là, ici, en moi, avec moi et pourtant tu vis ailleurs.

tumblr_l980vuaGLw1qc1tj4o1_500
Photo interceptée chez l'Aphrodite

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :