Accéder au contenu principal

La page blanche de Chimères

    Blancheur des murs, blancheur des draps, blancheur de ma peau.
    Il y a encore quelques instants, mon cou était attaché, relié par une chaîne à cette poutre, au dessus de moi. J'étais nue et offerte, poignets liés dans le dos, les yeux bandés. Je sentais sa présence autour de moi. J'ai goûté aux frissons des larmes de cire, à la morsure des langues de cuir, à la caresse cuisante de sa main sur mes fesses, puis j'ai perdu pieds. Mes jambes ont tremblé, mon souffle s'est envolé, mon ventre a coulé...

    Comme moi, il aime les contrastes. Il m'a libérée doucement, puis il m'a allongée sur le lit. La fraîcheur des draps sur mon ventre m'a redonné un peu de lucidité, mais j'étais bien, flottant entre deux mondes. J'aime ces instants étranges, où tout semble irréel. Plusieurs fois, il a tourné autour du lit. Je sentais la caresse de ses yeux sur ma croupe rougie. Après nos jeux un peu fous, il aime m'offrir des moments d'extrême douceur.
    Alors, sans bruit, il s'est approché de moi. Il m'a juste dit ferme les yeux!
    Ce qui suivit ressembla à la caresse d'un ange.

    Partout sur ma peau, dans mon dos, sur mes jambes, mes bras, un frisson léger, aérien. Je découvrais cette sensation pour la première fois, avec une émotion qui n'était pas feinte. Avec une redoutable habileté, il jouait sur moi de sa longue plume noire. Je n'y avais pas prêté attention. Pourtant, elle était là, depuis le début, posée sur le tabouret, tout près de moi. Dans un mouvement ondulatoire, elle courait sur ma peau, comme une vague roule sur la grève, provoquant un trouble intense, qui résonnait en moi d'une manière étrange. Parfois simplement caressante, elle glissait sur ma peau, comme un voile d'une extrême douceur... et comme s'il avait voulu imprimer dans ma chair ses caprices les plus audacieux, de la pointe taillée de la plume, il traça des symboles, des lettres d'un alphabet mystérieux aux accents aigus...

    Ce sont ces mots que j'aimerais écrire aujourd'hui. C'est cette histoire que j'aimerais vous conter... Mais comment traduire sur une page vierge des maux aussi osés, sans craindre de l'effaroucher?... 

    39347168

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :