Accéder au contenu principal

Dans le noir

On se souviendra de toi
comme de l'or, de l'or
comme de l'ombre, de l'ombre

Tu parles trop, tu parles encore
Tu en dis trop, tu parles trop fort
Tu parles jamais d'amour, tu parles jamais de fleurs
Tu parles toujours du sombre à l'intérieur

Je veux savoir s'il pleut toujours, où tu m'as plu
Pourtant
Je me souviens du parfum des choses
Je me rappelle de la vie en rose

J'ai pas choisi le noir, c'est ma couleur
Je ne suis qu'un putain d'oiseau de malheur
Plume trempée dans l'encre noir qui sortait du cœur
J'en ai pour mille an de malheur

Je veux savoir s'il pleut toujours, où tu m'as plu
Depuis longtemps que tu pars loin
je suis perdu
J'suis comme un chien qui court la nuit
le long des rues
Je cours à poil depuis des nues
Je dormirai loin de chez moi
sous un pont
Bercé par le bruit des voitures et des camions
Dans les hôtels faits de carton pour chiens mouillés
Dans mon non œil sans oreiller

Je veux, je veux, je veux, je veux
Sortir du noir, faut que je rentre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Comme la pieuvre, cracher de l'encre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Je veux du soleil, là sur mon ventre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Cracher de l'encre

A force d'aller trop loin au bout de la plage
A force de courir sous les nuages noirs
A force de cracher dessus le miroir
A force de tuer les lueurs d'espoir

Tu parles trop, tu parles encore
Tu en dis trop, tu parles trop fort
Tu parles jamais d'amour, tu parles jamais de fleur
Tu parles toujours du sombre à l'intérieur

La gorge sèche, cracher de l'encre
Et dans le noir, ne plus rien voir
Je veux partir, faut que je rentre
Je veux partir, sortir du noir

Je veux, je veux, je veux, je veux
Sortir du noir, faut que je rentre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Comme la pieuvre, cracher de l'encre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Je veux du soleil, là sur mon ventre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Cracher de l'encre

Je veux, sans arrêt
Je veux, sans arrêt
Comme la pieuvre, cracher de l'encre
Je veux tout sentir, je veux tout savoir
Et dans le noir c'est même pire

Je veux ton sourire
Je veux ton sourire, je veux te revoir
Et dans le noir, c'est même pire
Je veux te sentir, je veux te savoir
Je veux ton souvenir, je veux te revoir

Je veux, je veux, je veux, je veux
Je veux du soleil, là sur mon ventre
Je veux, je veux, je veux, je veux
Comme la pieuvre, cracher de l'encre

Je vois un peu la lumière
je bois un peu la rivière

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :