Accéder au contenu principal

Un film de Claude Lelouch

Les nuages s'accrochent aux montagnes, l'instant d'après on devine la lumière du soleil sans ne rien voir de lui. Entre chaleur et humidité. J'aime ce temps qui évolue sur la tranche. On ne sait pas s'il va pleuvoir ou si les vestes devront être remisées au bras. Ces nuages qui défilent et se délitent, s'amassent et se vident. Je pense à S., à la vie de S., à l'une des photos de S. Depuis cette photo, j'ai longtemps traversé la gare de Grenoble en fin de journée en me disant, je vais la croiser. Elle va descendre du TGV. Elle sera là, devant moi et, quelle joie ce sera pour moi, quelle immense joie de pouvoir la regarder tout ému de ce hasard. Elle ne me dirait sans doute jamais qu'elle pourrait être de passage ici. Quelques êtres se croisent. Est-ce à dire que nos vies se sont croisées ? S., cette nuit où tu m'as dit que tu savais que jamais tu n'aurais d'enfants. Mon cœur a voulu te dire, moi je te ferai cet enfant. Comme un élan, un besoin de te dire ces mots insensés qui n'ont pas été prononcés. Tu es une personne déterminante dans ma vie. Oui. Tu le sais, même si tu ne vois pas très bien en quoi. Le peu de temps que j'ai passé à tes côtés m'a fait prendre conscience que ce que je croyais n'avoir pas choisi, je l'avais choisi. Laisser les choses s'imposer à soi, se laisser porter par le mouvement, c'est choisir de se laisser porter. Je me noyais dans quelque chose que j'avais créé. A quoi bon rejeter la toile quand l'on n'a pas même pris les pinceaux pour la peindre. Alors j'ai pris mes pinceaux, j'ai dessiné comme j'ai pu, poser des couleurs qui n'étaient pas toujours les bonnes avant de trouver enfin le bon mélange. Depuis j'ai marché de Grenoble à Cahors. Dans 3 jours, je reprendrai ma marche où je l'ai suspendue il y a deux ans.

Te souviens tu aux invalides ? J'aurais aimé t'avoir pour amie. Prise au dépourvu, plus tard, ce fut la Saint Nicolas avec tes proches et cette nuit qui déboucha au petit matin sur quelques plaisirs. Tu savais qu'il en serait ainsi. Moi, je n'en savais rien. Au matin, tu étais si lointaine. Un trait venait sans doute d'être tiré. Un trait que je ne comprenais pas. C'est cela qui m'a fait prendre conscience que j'étais en attente de quelque chose que je ne devais pas attendre. J'attendais de toutes ces rencontres un retour. Que ce retour soit ou ne soit pas, il ne résolvait rien. Toi, tu n'attendais rien de cette rencontre. La soirée avait eue lieu, la nuit avait eu lieu, le petit matin avait eu lieu. Face à la fenêtre, le regard perdu dans la rue parisienne, tu avais sans doute tourné une page, quelle que soit cette page. Avant que la neige ne se mette à tomber sur Lyon, la page était tournée et j'étais bien avec toi. Je ne me sentais pas tout à fait à la hauteur. Tu parlais beaucoup de ton travail, mais c'était simple de mâter ton joli cul tandis que tu marchais dans le restaurant. Au moment de t'abandonner à Perrache, tu es revenue vers moi,  ta fraicheur spontanée aux lèvres, tu m'as entouré de tes bras et as simplement posé tes lèvres sur les miennes avant de repartir d'un pas léger alors même que mon cœur sentait le vertige. Je venais de tourner une scène de cinéma, celle d'un film de Claude Lelouch. Un sms me confiera que tu aurais aimé passer cette nuit avec moi, pourtant tu filais dans les bras d'un autre. Je souris aujourd'hui. Un sourire tendre et ému sans doute aussi. Je ne sais plus grand chose de toi. J'espère que tu trouves ton chemin, je te le souhaite de tout cœur. Je crois avoir trouvé le mien.

Commentaires

  1. Il y a beaucoup de pudeur et d'émotions dans cette lettre ouverte .La lectrice anonyme que je suis a souri aussi dans la tendresse des mots posés .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il y a beaucoup de pudeur. S'il y en avait beaucoup, je n'aurais peut-être pas confié tout ceci. Et puis, je ne crois pas que ce soit une lettre ouverte. J'ai vu des nuages, et j'ai eu envie d'écrire ces sentiments et pensées qui m'ont accompagnés par le passé.

      Supprimer
  2. Toujours cette sensibilité qui émeut. Jolie confidence tout doucement écrite...

    RépondreSupprimer
  3. En passant, j'ajoute aussi mon sourire à celui d'In Amore e Mente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il est comment votre sourire ? genre fille des blogs ?

      Supprimer
    2. Il est parfait. C'est la seule chose parfaite chez moi, mon sourire. (Ou du moins, la seule chose contre laquelle je n'ai rien à redire... ;-))

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…