Accéder au contenu principal

Les horizons

Un certain nombre d'entre vous savent que j'aime marcher. Marcher au long cours. Longtemps. Longtemps dans le temps. Longtemps dans l'effort. Vite ou lentement. Avec force ou légèreté. Avec difficulté ou simplicité. J'ai à quelques reprises cité ici les mots d'Antonio Machado.




Caminante no hay camino [Toi qui marches, il n'existe pas de chemin]
Todo pasa y todo queda, [Tout passe et tout reste,]
pero lo nuestro es pasar, [mais le propre de l'homme est de passer,]
pasar haciendo caminos, [passer en faisant des chemins,]
caminos sobre el mar. [des chemins sur la mer.]

[...]


A d'autres reprises j'ai pu parler de ceux du patriarche Athënagoras


La guerre la plus dure, c'est la guerre contre soi-même.
Il faut arriver à se désarmer. J'ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais je suis désarmé.
[...]


Il n'y a pas de chemin, il y en a une multitude. Il y en a pour chacun. Sont ils prédéterminés ? Philosophiquement parlant je veux croire que non. Sociologiquement, ils le sont sans doute pour beaucoup. Pourtant, chaque pas est un pas qui peut être neuf, qui peut prendre une direction différente, qui peut croiser d'autres pas. Un pas plus qu'un autre peut nous permettre de nous désarmer. Ce peut être celui de demain, celui de dans dix ans, ou celui qui n'arrivera jamais. Ce peut être celui que l'on n'attend pas ou que l'on croit ne pas attendre. Le pas que l'on attend  peut ne jamais être fait. Il le sera pourtant un jour, si celui qui le porte cherche véritablement à se désarmer. Aujourd'hui mes pas, comme ceux de mon aimée se sont croisés. Deux chemins se sont croisés. Aujourd'hui, comme il y a une semaine. Ces croisements apporteront de nouveaux pas, qui seront faits ensemble, qui, d'autres fois, se feront séparément, dans la même direction et sans doute aussi dans des directions différentes. Voyageur, le chemin ce sont tes propres pas. La guerre sainte, c'est la guerre contre toi-même.


Et des horizons nouveaux se dessinent peu à peu. Des horizons qui pourraient nous mener dans des îles pacifiques. Tahiti, Polynésie. Grande Terre, Nouvelle Calédonie. Ou peut être Grenoble. Des horizons qui nous ouvrent aussi le possible d'autres intimités. D'autres pas. Qui en créeront d'autres. Qui feront chemin sans en suivre aucun. Qui nous feront être, qui nous aideront à nous désarmer. A vivre pleinement ce qui est bon et beau.


Mes ami(e)s, je suis bien.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…