Accéder au contenu principal

Les horizons

Un certain nombre d'entre vous savent que j'aime marcher. Marcher au long cours. Longtemps. Longtemps dans le temps. Longtemps dans l'effort. Vite ou lentement. Avec force ou légèreté. Avec difficulté ou simplicité. J'ai à quelques reprises cité ici les mots d'Antonio Machado.




Caminante no hay camino [Toi qui marches, il n'existe pas de chemin]
Todo pasa y todo queda, [Tout passe et tout reste,]
pero lo nuestro es pasar, [mais le propre de l'homme est de passer,]
pasar haciendo caminos, [passer en faisant des chemins,]
caminos sobre el mar. [des chemins sur la mer.]

[...]


A d'autres reprises j'ai pu parler de ceux du patriarche Athënagoras


La guerre la plus dure, c'est la guerre contre soi-même.
Il faut arriver à se désarmer. J'ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais je suis désarmé.
[...]


Il n'y a pas de chemin, il y en a une multitude. Il y en a pour chacun. Sont ils prédéterminés ? Philosophiquement parlant je veux croire que non. Sociologiquement, ils le sont sans doute pour beaucoup. Pourtant, chaque pas est un pas qui peut être neuf, qui peut prendre une direction différente, qui peut croiser d'autres pas. Un pas plus qu'un autre peut nous permettre de nous désarmer. Ce peut être celui de demain, celui de dans dix ans, ou celui qui n'arrivera jamais. Ce peut être celui que l'on n'attend pas ou que l'on croit ne pas attendre. Le pas que l'on attend  peut ne jamais être fait. Il le sera pourtant un jour, si celui qui le porte cherche véritablement à se désarmer. Aujourd'hui mes pas, comme ceux de mon aimée se sont croisés. Deux chemins se sont croisés. Aujourd'hui, comme il y a une semaine. Ces croisements apporteront de nouveaux pas, qui seront faits ensemble, qui, d'autres fois, se feront séparément, dans la même direction et sans doute aussi dans des directions différentes. Voyageur, le chemin ce sont tes propres pas. La guerre sainte, c'est la guerre contre toi-même.


Et des horizons nouveaux se dessinent peu à peu. Des horizons qui pourraient nous mener dans des îles pacifiques. Tahiti, Polynésie. Grande Terre, Nouvelle Calédonie. Ou peut être Grenoble. Des horizons qui nous ouvrent aussi le possible d'autres intimités. D'autres pas. Qui en créeront d'autres. Qui feront chemin sans en suivre aucun. Qui nous feront être, qui nous aideront à nous désarmer. A vivre pleinement ce qui est bon et beau.


Mes ami(e)s, je suis bien.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube