Accéder au contenu principal

Dire ou penser "Je t'aime"

Dire "je t'aime", parce que l'on ressent cet élan vers l'autre, cette tendresse, ce bien être.
Dire "je t'aime", parce que l'on souhaite à tout cœur entendre la réciproque.
Dire "je t'aime", parce que c'est devenu une habitude en laquelle on croit ou ne croit plus.
Dire "je t'aime", parce que cela aide à faire grandir nos enfants et qu'on le ressent profondément.
Dire "je t'aime", parce que l'on cherche à manipuler d'une façon ou d'une autre.
Dire "je t'aime", pour dire exactement l'inverse.
Dire "je t'aime", parce que l'on ne veut pas blesser.
Dire "je t'aime", parce que l'on préfère ne pas s'avouer que cette expression là n'a plus beaucoup de sens
Dire "je t'aime" au compte goutte parce qu'il est devenu précieux à force de l'avoir user par tous les bouts.
Dire "je t'aime", parce que l'on veut dire "quoi que tu fasses vis ta vie"
Dire "je t'aime" à des amis pour leur dire la place qu'ils ont dans notre coeur
Dire "je t'aime" et savoir que l'autre saura qu'à cet instant cela n'implique rien d'autre, que l'on n'attend rien en retour.

J'ai sans doute du dire une bonne partie de ces "je t'aime". J'aime beaucoup le dernier, qui ressemble d'ailleurs au premier. Mais avec mes amours buissonnières, je préfère éviter de le dire. Je peux le penser, avoir envie de le dire, le ressentir pleinement, pour autant je préfère ne pas les dire. Je crois que cela implique trop d'impossibles pour pouvoir les dire sereinement, ou peut-être aussi justement trop de possibles. Je préfère ne pas perturber l'équilibre de cette autre, mon équilibre aussi sans doute. Ces mots seront ils bien interprétés ? Suis-je parfaitement conscient de ce qui sous tend ces mots pour moi ? Cette envie de les ressentir, de les dire, de les confier ? Ne suis-je pas en train de me mentir ? de prendre un autre verbe pour le verbe aimer ? J'ai souvent dit ces derniers temps "je suis bien avec vous". Et cela c'était vrai, et cela n'impliquait rien d'autre, et cela c'était aussi une façon d'éviter de dire trop ouvertement. Une forme de pudeur ? Non pas une pudeur à soi, mais pour l'autre je crois. Une forme de maturité peut-être. Où un énième piège de l'inconscient. Allez savoir. En tout cas, j'apprécie intérieurement accepter que le verbe puisse être conjuguer secrètement et vivre parfaitement le fait qu'il ne soit pas énoncé ou imposé à l'autre. Se satisfaire uniquement de ce qui chemine en nous sans chercher à l'exposer. Mais en écrivant cela, j'expose et j'expose possiblement à celles. Ainsi vont les choses, assez librement finalement. Il existe tant de formes d'amour possibles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…