Accéder au contenu principal

Entrer en tentation

Je rends parfois visite à Notre Dame du Vœu. C'est une église que beaucoup trouveraient sans doute sans charme. Mais, moi je l'aime bien et lui rend parfois visite. J'y suis allé une fois pour y dédier une bougie à un ami afin de lui transmettre des énergies positives et l'accompagner un peu dans son projet. Ce jour là, l'église offrait à lire un message positif rentrant en cohérence avec ce qu'il vivait, quelques semaines plus tard, il en fut de même. Aujourd'hui j'y suis retourné pour lui, curieux des mots que Notre Dame du Vœu offrirait en présage à la parenthèse enchantée qu'il a écrit il y a peu.

"Et ne nous laisse pas entrer en tentation."

Je crois que Notre Dame du Vœu devrait savoir que cet ami ne se privera pas d'entrer en tentation. Vous me direz que ce message aurait pu tout aussi bien m'être destiné. Vu le contexte, c'est tout à fait possible. Elle aura simplement oublier que je suis une âme perdue pour l'éternité. 


Commentaires

  1. c'est la première fois que cette phrase prend une telle tournure dans ma tête .
    J'aime bien ton texte et la photo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas quel scribe en a été le créateur anonyme, mais il devait sans aucun doute savoir ce que c'était que d'entrer en tentation. Bises bises

      Supprimer
  2. Ah oui ? Une âme perdue ? :-)
    Entrer en tentation, c'est presque une profession de foi.

    J'ai toujours aimé squatter les lieux de culte.

    RépondreSupprimer
  3. En fait, je ne connais pas d'âme qui ne soit pas d'avance perdue pour l'éternité !
    Tu raison, s'est une magnifique profession de foi
    Il faudrait que tu me fasses visiter le lieu de culte qui te tient le plus à cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en porte pas un dans mon cœur spécialement... Je crois que j'y trouve une certaine poésie dans l'ensemble, quelque chose de mystique que j'aime assez trouver de différente manière dans ma vie de toute façon, et puis je crois que j'aime l'idée d'une "maison" qui appartient à tous, elle l'est plus dans l'idée que dans les faits d'ailleurs, d'une architecture qui appartient à tous, et toutes les histoires que trimbalent les gens dans leur tête lorsqu'ils y viennent. Il y a une forme de "paysage" d'émotions délicates, parfois de gravité solennelle que j'apprécie, une lenteur dans la gestuelle... Quand j'étais plus jeune (beaucoup plus jeune ;D), je venais entre 12h et 14h avec un carnet de croquis pour m’exercer un peu dans la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Il y avait un frère (un moine) qui m'avait raconté l'histoire de l'horloge astronomique construite au moyen-âge. On avait discuter pendant 3 bonnes heures et j'avais trouvé super de sa part de prendre son temps pour me raconter toutes ces choses. Je me rappelle aussi avoir eu une discussion sur les différentes formes d'amour avec un prêtre -ou un diacre, je ne sais plus- qui m'est restée longtemps en tête. Je pense que j'ai une certaine tendresse pour ce genre de lieu tout simplement.

      Supprimer
    2. Je crois que moi aussi. Certaines églises sont pour moi associées à des personnes, parce que je les y ai rencontrées plus ou moins, parce que je les ai visitées avec elles, parce que je leur y ai adressé mes pensées, parce que j'y ai pleuré des départs, parce que je les ai foulées harassé, transpirant, grelotant après de longues journées de marche.

      Ce que j'aime le moins, c'est voir une église fermée, à l'opposé même de leurs fonctions. Je ne suis jamais rentré dans une synagogue, ou une mosquée encore consacrée, de même trop rarement dans des temples. Ces lieux me semblent plus fermés que les églises, mais c'est aussi par méconnaissance que je peux dire cela, faute d'avoir cherché à le vérifier.

      Supprimer
  4. différentes manières*, discuté*... Il me manque vraiment le bouton "éditer" sur les blogs.

    Oh, et " je ne connais pas d'âme qui ne soit pas d'avance perdue pour l'éternité !"

    Ah oui ? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. [Voici l'histoire d'un homme très religieux et d'une prostituée qui vivent dans la même rue. Lui prie sans cesse, mène une vie pieuse et austère et enseigne le chemin de Dieu. Il croit être un saint. Un jour, il vient sermonner la prostituée qui vend son corps pour survivre. "Tu es une grande pécheresse, ton destin sera terrible." La pauvre femme supplie Dieu de lui pardonner. Mais elle doit continuer à exercer son métier n'ayant pas d'autre moyen de subsistance. L'homme religieux et la prostituée meurent le même jour. Les anges viennent chercher la femme et l'emmènent au ciel tandis que les démons réclament l'âme du religieux"
      "Comment, s'écrie-t-il, n'ai-je donc pas vécu saintement et prêché à tous les voies qui mènent à Dieu ? Pourquoi dois-je aller en enfer alors que cette femme de mauvaise vie est conduite au ciel ?
      - C'est, répondent les démons, parce que cette pauvre femme, lorsqu'elle était obligée d'accomplir des actions négatives, avait toujours l'esprit tourné vers Dieu. Toi, au contraire, lorsque tu accomplissais tes saintes dévotions, tu avais toujours l'esprit tourné vers les défauts de tes semblables. Tu étais obsédé par le péché, aussi dois-tu maintenant te rendre là où il n'existe que le péché"]

      Je lisais justement cela pas plus tard qu'avant hier.

      En tout cas, c'est foutu pour moi ! A moins que... :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…