Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2010

Nos rêves bleus

Elle est ma silencieuse
Toujours là
Même sans mots
Je suis son buveur de thé
J’officie calmement
Minutieusement
Elle ne dit rien
Elle me donne tout
Pas un mot
Juste des rêves bleus
Des rêves à la volée
Un ciel légèrement voilé
Une ombre toujours flottante
Des feuilles bleues obsédantes
Déposées dans mon eau
Tout autour un nuage bleuté
Troublant l’eau de mon thé
Mes lèvres entrouvertes
Je savoure sa rareté
Rêves de nuits bleues
Rêves de ses baisers langoureux
Ses mains sur ma coupe
La porter à ses lèvres
Gouter ses parfums
Fermer les yeux
Et nous laisser infuser

photo et droits : Nacre

Abre los ojos

Ouvrir les yeux, le corps, l'âme et le cœur
comme un livre s'ouvre

Me punir

Notre chère Insoumise a menacé de me punir si je ne rendais pas ma copie avant l'heure dite.
J'avoue avoir été tenté de jouer les élèves indisciplinés en ne lui donnant pas ce qu'elle attendait.
C'est cependant l'envie de lui faire plaisir qui a primé sur mon espièglerie.
Vous croyez que je ferai un bon soumis ?
Mais une question me taraude que m'aurait elle donné comme punition ?
Et vous que m'infligeriez vous comme brimade ?

Grand sourire très espiègle.


Photo : Alexandre

Les néons roses

Le bâtiment est toujours là. Un rectangle posé en bord d’autoroute, souligné de néons roses sous le pourtour de la toiture, montrant aux automobilistes sa grande enseigne rose. Assis sur le siège arrière, dans le brouhaha animé de la conversation, moi je m’évade vers ces néons roses, revivant une nuit rose de douceurs. Finalement cette couleur te va bien je trouve, c’est la réflexion que je me fais lorsque je comprends que ce sont les couleurs que tu as justement choisies pour peindre ton monde à toi.
Il faisait chaud ce jour là, une journée qui avait débuté tôt pour toi, faisant ce voyage vers un homme dont tu ne connaissais rien, ou si peu, mais pas son visage. Tu lui avais demandé une photo de ses mains notamment. Tu avais besoin de cela pour te raccrocher à cette nuit à venir. Ne rien connaître de son visage mais deviner ce qu’il était au travers des lignes de vie. Moi j’avais entrepris un tout aussi long voyage et ma journée fut ponctuée par la crainte que finalement tu ne vienne…