Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2017

Il n'est pas encore minuit

Le Robinson Express Roissy

Je me  suis amusé à faire une petite nouvelle pour un concours organisé dans le cadre des 40 ans du RER. Je croyais que la limite fixée était de 20 000 signes, j'en avais donc fait allègrement 14 000 et des pelletées. Seul hic, au moment de poster la nouvelle, l'application refuse mon texte.... en fait c'était 6 000... Il a donc fallu que j'élague un peu, beaucoup, mais passionnément. Vous pouvez lire la version courte ici : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-robinson-express-roissy
Quant à la version originelle, la voici :




J’avais toujours hâte de retrouver les cousins toutes les deux semaines, le dimanche, mais cette fois, je devais bien l’avouer, un peu plus que les autres. Il y aurait les habituels, Sandrine, ma sœur, et mes cousins, David, Christelle et Lionel. Mais cette fois était un peu particulière, à notre assemblée enfantine se joindrait aussi Thierry, le fils des parisiens, ces gens qui séjournaient chaque été au Serre, dans la maison à côt…

Triptyque femme

Qui est cette femme ?
Une femme

Qui est cette femme ?
Une femme
Une femme que j’aime
Une femme que j’aime me manque
Une femme que j'aime me manque étant là

Qui est cette femme ?
Une femme que je ne connais pas
Une femme que je connais si bien

Les fessées

J'ai mis dans ma tête que je deviendrai peintre

Artistin Marcella, Ernst Ludwig Kirchner, 1910 Manao Tupapau (l'esprit des morts veille), Paul Gauguin, 1892
"Autrefois, les îles de Raiatea et de Tahaa formaient une seule vaste terre : Havaii-nui, le "Grand Espace Invoqué et Obtenu". Les prêtres y construisirent le temple de Marae. Il fut décidé que rien ne devrait troubler la paix de ce lieu sacré, qu'aucun coq n'y chanterait, et qu'aucun être humain n'en franchirait jamais la porte. Une belle jeune fille appelée Terehe - ce qui signifie mauvaise intention - brava l'interdiction. Jour après jour, elle vint se baigner dans les eaux du fleuve qui coulait à proximité du temple. Les dieux, contrariés par sa conduite, envoyèrent la Grande Anguille Tuna-nui et celle-ci avala la jeune fille. L'Anguille, possédée par l'âme de Terehe, devint furieuse. Sous l'emprise de la colère, elle déracina les arbres et les rochers. Elle dévora la moitié des habitants de l'île. En ingurgitant tout c…

L'homme lien

"Les occidentaux sont un peu des victimes; ils sont colonisés par cette philosophie judéo-chrétienne, qui est arrivée à leur inculquer que l'homme est âme et corps, et qu'il est individu. C'est un mythe comme un autre, mais c'est un mythe qui est devenu dangereux, dangereux pour la planète. [...]
Chez nous c'est l'autre système; on doit considérer l'univers, et la terre avant tout, comme la mère, comme le lieu spatial, sociologique, psychologique et éternel, où l'homme existe à travers ceux qui sont morts, à travers ceux qui vivent aujourd'hui, et à travers ceux qui viendront."

"Ils sortent de la terre, tel genre de paille, poussée sur telle montagne, et de cette paille est issu tel clan, et dans ce clan... [...] nous trouvons, au terme, un arbre, ou un animal, ou une pierre, ou le tonnerre. C'est la relation avec la terre, avec l'environnement, avec le pays, avec le terroir. Nous ne sommes pas des hommes d'ailleurs, nous s…

Diabolo menthe

Que dire ?

Paris, 1950

Paris, Dimanche 21 octobre 1950
Sally,
Je parcours de mes yeux le papier bleu lavande qui a su si bien recueillir vos premiers mots à mon égard. Depuis plusieurs jours, je n’ai de cesse de relire vos mots. Parfois même en pleine nuit. Souvent le sommeil me manque. Depuis la réception de votre missive, je ne m’en plains plus. En effet, je les passe à imagine quelle suite suffira à exalter la force des désirs que vous m’avez confié. Votre lettre m’a touché, sans doute plus que je ne veux bien me l’avouer.
Vous me dites que vos désirs mettent à l’épreuve votre vertu. Votre mari vous comble en tout point. Il est attentionné, doux, prévenant. Il travaille dur pour le bienêtre de votre famille. Il vous a offert deux beaux enfants, vifs d’esprit et plein de vie. Il vous offre une situation que vous n’auriez jamais imaginé lorsque, jeune fille, vous parcouriez les champs de votre Dauphiné natal. Un bel appartement parisien et une vie que vos sœurs et amies vous envient.

Pourtant, cet été, assise…

Plus loin qu'à la lie

C’est insensé comme je la censure car je l’aime
Pourtant cet intense sombre s’est estompé sans ciller
Défonce à bon compte où s’esquissent lueurs blêmes
Sentinelle paupière qui à l’ombre bleue s’emportait

Pour longtemps au sommeil condisciple fils du pillage
Plus dansé seul que fusionné en tes cils blessure
Toujours sensibles silhouettes semées au sillage
Est-ce une cible à cribler de pensées césures

Croyant soluble le désir dans ces sinistres chenils
Caresses insensibles aux peaux et perverses folies
Sourires putassiers des âmes en détresse sans fil
Ces sources que je bois au calice plus loin qu’à la lie

Easy to come home

Where is my mind