Accéder au contenu principal

J'ai mis dans ma tête que je deviendrai peintre

Artistin Marcella, Ernst Ludwig Kirchner, 1910
Manao Tupapau (l'esprit des morts veille), Paul Gauguin, 1892

"Autrefois, les îles de Raiatea et de Tahaa formaient une seule vaste terre : Havaii-nui, le "Grand Espace Invoqué et Obtenu". Les prêtres y construisirent le temple de Marae. Il fut décidé que rien ne devrait troubler la paix de ce lieu sacré, qu'aucun coq n'y chanterait, et qu'aucun être humain n'en franchirait jamais la porte. Une belle jeune fille appelée Terehe - ce qui signifie mauvaise intention - brava l'interdiction. Jour après jour, elle vint se baigner dans les eaux du fleuve qui coulait à proximité du temple. Les dieux, contrariés par sa conduite, envoyèrent la Grande Anguille Tuna-nui et celle-ci avala la jeune fille. L'Anguille, possédée par l'âme de Terehe, devint furieuse. Sous l'emprise de la colère, elle déracina les arbres et les rochers. Elle dévora la moitié des habitants de l'île. En ingurgitant tout ce qui l'entourait, Tuna-nui grossit jusqu'à se transformer en un animal gigantesque. Alors les dieux demandèrent à Tarahu-nui, le Grand Chaman d'intervenir. Grâce à ses pouvoirs magiques Tarahu-nui dompta le monstre. Juché sur sa tête, il l'emmena très loin de l'île, en direction de l'Orient. Dès lors, la Grande Anguille fut rebaptisée La Grande Transfigurée. Sa nageoire dorsale, haute et coupante, devint la chaîne de montagnes à partir de laquelle grandit l'île de Tahiti. Une deuxième dorsale, plus petite, servit de colonne vertébrale à l'île de Moorea. Après quoi, l'immense poisson, épuisé, se reposé. Mais l'empêcher de bouger ne fut pas facile. Un groupe de guerriers partit en expédition. Ils rejoignirent l'île de Tahiti en pirogue. Ils voulaient couper les tendons de l'Anguille : ainsi, elle ne bougerait plus jamais. Parmi eux se trouvait le célèbre Tafai. Il avait fait construire une énorme hache, la plus robuste qui ait jamais existé. L'arme était si lourde que nul homme ne pouvait la soulever. Tafai invoqua Tino-rua, le seigneur de l'Océan, et la hache devin si légère qu'un enfant aurait pu s'en saisir. Tafai coupa les tendons et tous les muscles de l'Anguille. Et c'est depuis ce jour que l'île de Tahiti est telle que nous la connaissons. Tafai et ses guerriers devinrent les rois de l'île. Bien des générations plus tard, leurs descendants ont vu se réaliser l'ancienne prophétie qui disait : "Des hommes viendront un jour à bord d'une grande pirogue sans balancier. Ils seront habillés des pieds à la tête".




Gauguin, l'autre monde, Fabrizio Dori


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube