Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2018

Un baiser, une bombe

Un baiser, une bombe
De ta bouche explose
Sur ma bouche en plein jour

Un baiser, une bombe De ta bouche explose Sur ma bouche en plein jour
Alors mes mains blanches Toutes se dérobent La foule de tes hanches Hurlent sous ta robe
Un baiser, une bombe De ta bouche explose Sur ma bouche en plein jour
Nous sommes en amour Des corps sans demain Mêlés au matin Aux corps sans secours
Un baiser, une bombe De ta bouche explose Sur ma bouche en plein jour
Un baiser, une bombe De ta bouche explose Sur ma bouche en plein jour

Il pleut pour deux (Cyclone)

Est-ce qu’à cette heure où je t’ai plu, il pleut pour deux ? Mains jointes hier
aujourd’hui si peu
Retire donc ces baies tremblantes sous ma haie Mesure ces pertes lovées
en ces coups
Rage dans les fourrages et peurs au grand jour Nos pas ne s’encrent plus
mes pas
s’écrivent si flous Thé glaçant, trouble et brûlant ma main tremble et se perd
ton cou
Plaie ouverte il aura fallu que je chante « encore un peu »
Les épépiner
arracher les peaux mortes encore un peu plus Me protèges tu du vol ?
qui je suis ?
Vie masquée sous les traces vêtement aux parures d’or Age de ce qui ne se supporte plus
fuir par là
Mer sombre comme cet arrière goût, cette fin de cycle Aune fragile qui périra
d’une hache
l’abattant d’un coup Pleurer car oui, sur notre île cette nuit pour deux
Il pleut