Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2016

Plaisirs

Le bruit des spaghettis que je casse
Ses soupirs lorsque ma langue glisse sur son cul
Croquer un spaghetti volé dans la cuisine
Pédaler comme un fou dans l'espoir de l'apercevoir sans être vu
Boire mon lait le matin et retrouver un goût d'enfance
Voir son visage lécher et téter avidement la pointe de mon sein érectile
Prendre un cacolac bien frais après une journée passée sous la chaleur poisseuse de l'été
Sentir mes doigts des heures durant après l'avoir fouillée
Marcher seul en direction des Pyrénées et les voir s'approcher de jour en jour
M'enfouir dans son cul lentement et y être accueilli avec une exquise douceur alors même que le passage semble tant redouté
M'allonger dans l'herbe la nuit et regarder la voute étoilée
Savoir qu'elle se trouve derrière cette porte
Réunir mes amis autour d'un bon repas
Lire qu'elle se fait baiser par son mari tout en m'adressant ce sms
Me sentir apaisé par les sourires et les rires de mes enfan…

Les voluptueux

Les voluptueux, Victor Prouvé, 1889 Musée des beaux arts Nancy

L'arbre et la branche

- 36 ans -

Le hasard fait de jolies choses. Je n’avais connu presque personne depuis… depuis quand ? Depuis que je suis toute petite en fait.

- 6 ans -

A l’époque, j’aurais du être une petite fille, dans les yeux de mes petits camarades j’étais déjà une chose, un truc bizarre pas comme les autres enfants. C’étaient ces regards là qu’ils me renvoyaient tous. Je me souviens de mon premier jour dans cette école primaire. Un village où mes parents venaient d’emménager, avec moi dans leurs bagages. Évidemment, petite comme j’étais je n’avais pas eu mon mot à dire, et puis… je ne crois pas que l’on demande son avis à un enfant de 6 ans. En l’occurrence on ne m’avait pas demandé si je voulais quitter notre petit appartement en ville, mes quelques rares copains d’alors, mes marques, mes repères. On avait choisi pour moi. C’était pour mon bien, c’était plus pratique, l’air de la campagne me donnerait les forces dont j’avais besoin, la grande maison serait plus adaptée à mes déambulations mal…