Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2016

Aux quatre vents

Ecoutez cette musique, ne faites rien d'autre.
Fermez les yeux, laissez-vous envahir.
Ouvrez-vous aux quatre vents, laissez-vous guider.
Votre imaginaire fera la reste.

Confiez-nous ici, ou chez vous, le chemin que vos pensées auront emprunté.
Je vous confierai alors mon chemin.


My boat

Méditations

[...] Laissez-moi employer le vocabulaire de la guerre. J’aime ce vocabulaire : je fais la guerre, j’attaque, c’est ainsi que j’essaie de vivre.

Mais je fais la guerre à moi-même, pour me désarmer.

Pour lutter efficacement contre la guerre, contre le mal, il faut savoir intérioriser la guerre pour vaincre en soi le mal. Il faut mener la guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même. Il faut arriver à se désarmer.

J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais maintenant je suis désarmé. Je n’ai plus peur de rien, car «
l’amour chasse la peur ». Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres. Je ne suis
plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses. J’accueille et je partage. Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets. Si l’on m’en présente de meilleurs, ou plutôt non, pas meilleurs mais bons, j’accepte sans regrets. J’ai renoncé au compar…

Soyons à nos côtés

Maud, Vous ne pouvez-vous imaginer l’émoi qui a été le mien tout à l’heure au dîner. Toute cette après-midi, j’ai eu envie de poser sur vous le regard d’un homme touché par votre simplicité, votre énergie, ce mélange entre douceur et force, le regard d’un homme qui au fil des heures passées à vous écouter parler commençait à s’imaginer pouvoir coller son corps contre votre peau dénudée. Vous ne pouvez imaginer Maud à quel point, à l’issue de notre après-midi de travail j’espérais pouvoir rester auprès de vous. J’en étais fébrile, les collègues me parlaient sans que je ne sois capable d’être attentif à ce qu’ils me disaient. Vous étiez en retrait du groupe, au téléphone, vous étiez expressive, totalement à ce que vous faisiez, et pendant que les autres me parlaient, moi je restais le regard posé sur vous, sur votre visage. Je suis descendu sur vos seins, ces seins que je devine lourd et doux comme du satin. Ces seins que j’imagine déjà prendre à pleine bouche pour les téter goulument, l…

Les parties de nous

« Mais que fais tu ? Ho la salope ! La belle Salope ! Oh oui ! Quelle sacrée chienne ! Oh la Chienne Oh oui ! »
Tu m'as rendu animal. A moins que je ne me rende dans cet état seul. Ces mots sont sortis sans que je ne cherche à les empêcher. Je sais que cela fait un peu trop pour toi, je sais qu'à cet instant, bien que tu continues ce que tu as entrepris, tu commences à t'éloigner. J'ai fait varier ma ligne sans que la tienne ne me suive. Je sais tout cela, mais j'ai poursuivi la direction de ma propre trajectoire. A vrai dire, en cet instant je m'en fous royalement. Ce que tu me fais m'a fait être celui-là et je n'ai pas honte d'être celui-là.
Tout a commencé doucement. Toi assise au bord du lit, c'est ton dos que je vois, le temps de t'allonger et j'aperçois tes beaux seins que j'aime tant. Je tourne la clef doucement, presque sans bruit. A cet instant, les jeux sont faits. Tu sais ce que cela signifie, tu ne protestes pas, c'…

To build a home

Les territoires célestes

Je me suis fait silence et multitude. J’étais là partout, en tout point de cette ville, en tout lieu. Chaque homme pouvait être moi. Elle ne connaissait de moi que mes mots, je pouvais donc être tous les hommes qu’elle croiserait durant cette journée chaude. J’avais semé mes traces au fil des rues, des traces invisibles, comme autant de parfum encensant le corps et l’âme. Des traces que seul son compagnon connaissait, lui savait précisément l’enchaînement des lieux où il devait guider son âme sœur. Je voulais être présent sans être trop proche, je caressais le désir de palpiter en elle sans l’investir. Invisible.

Quelques jours auparavant, à ma demande, elle avait fait l’acquisition du parfum de l’invisible ainsi que d’une étole de soie, prémices nécessaires à ce que son esprit s’imprègne de mon parfum. Parfum de miel, de caramel, parfum discret, léger, présent. Parfum érotique, porteur de messages secrètement distillés. L’étole en était imprégnée et devant nos échanges habilement dis…