Accéder au contenu principal

Soyons à nos côtés


Maud,
Vous ne pouvez-vous imaginer l’émoi qui a été le mien tout à l’heure au dîner. Toute cette après-midi, j’ai eu envie de poser sur vous le regard d’un homme touché par votre simplicité, votre énergie, ce mélange entre douceur et force, le regard d’un homme qui au fil des heures passées à vous écouter parler commençait à s’imaginer pouvoir coller son corps contre votre peau dénudée. Vous ne pouvez imaginer Maud à quel point, à l’issue de notre après-midi de travail j’espérais pouvoir rester auprès de vous. J’en étais fébrile, les collègues me parlaient sans que je ne sois capable d’être attentif à ce qu’ils me disaient. Vous étiez en retrait du groupe, au téléphone, vous étiez expressive, totalement à ce que vous faisiez, et pendant que les autres me parlaient, moi je restais le regard posé sur vous, sur votre visage. Je suis descendu sur vos seins, ces seins que je devine lourd et doux comme du satin. Ces seins que j’imagine déjà prendre à pleine bouche pour les téter goulument, les saisir dans mes mains et vous téter à tirer votre peau douce au fond de ma bouche. Maud, vous n’imaginerez jamais que mon sexe s’est mis à grossir alors que j’étais dans ce hall impersonnel assailli par les collègues mais tout à mes rêveries de vous. Je n’ai rien montré de tout cela, mais avez-vous toutefois ressenti comme j’avais envie de vous. Non pas uniquement de vous au sens strictement charnel, mais de vous aussi par l’esprit, vous connaître, vous apprendre, vous comprendre, vous découvrir, m’émerveiller de la femme que vous êtes, vous offrir ce qui me porte, les lieux que je côtoie, les paysages qui m’environnent. Je crois que cela pourrait se résumer en quelques mots qui disent tout « être à vos côtés ».
Nous avons pris le chemin du restaurant, j’ai dû suivre le groupe, contraint. Vous vous étiez toujours au téléphone, derrière nous, plus nous avancions et plus vous preniez du retard. Sonia me tenait la pâte, me parlait de je ne sais plus quoi. Mon dieu comme j’ai eu envie de la planter là pour vous attendre. Mais enfin, cela ne se fait pas.  J’espérais au fond de moi que je vous retrouverai en face de moi au restaurant. Je me prenais même à imaginer qu’il n’y avait pas suffisamment de place et que nous nous trouvions tous les deux isolés à une table à l’écart. Scénario guère plausible, je vous l’avoue. Marc est un bon logisticien, il sait choisir les restaurants et veiller à ce que tous nous puissions y trouver notre compte. Justement, Marc, lui avait su se faire oublier, parti après nous, je le voyais maintenant à vos côtés. Marc, tu n’as pas le droit. Maud, imaginez comme je l’enviais ! Lui, le beau mec, typé méditerranéen, sans doute un corps finement dessiné, plein d’assurance et moi qui ne savait que faire, comment faire, qui imaginais toute sorte de possibilité sans oser en saisir une. Je me retrouvais l’instant d’une pensée devant le sas des toilettes du restaurant, à genoux sur le sol en train de lécher copieusement votre sexe frémissant. Ou sentant votre pied appuyer sur le tissu de mon costume de soie, à cet endroit précis qui irradie mon cerveau et mon corps. Et si je vous suivais aux toilettes sans que vous ne vous en rendiez compte ? Je griffonnerai mon numéro de téléphone personnel et le glisserai sous la porte anonymement, espérant que vous soyez curieuse de découvrir celui qui se cache derrière ce petit papier. Et si tout simplement, à l’issue du repas je vous proposais de prendre un verre avec moi, de vous raccompagner à votre hôtel ? Mais d’autres se grefferaient sans doute à nous, imaginez si vous aviez fait suivre l’invitation, cette torture que vous m’auriez infligé. Alors j’ai préféré ne rien faire, me dire qu’il fallait que j’attendre, que cela passerait. Après tout, ne suis-je pas un peu fou à me laisser aller, à me sentir attirer par une femme tant par le cœur d’aimer que par le désir de baiser, une femme que je ne connaissais pas avant ce début d’après-midi ? Oui, je vire midinette, cela ne devrait pas me correspondre, moi qui aime posséder, prendre mon dû, dominer les femmes.
Oui, Maud, je ne veux pas me cacher de ce que j’aime. Par cette lettre vous me découvrez, un peu fou, très, trop peut-être ? Par cette lettre, je m’offre à vous sans ombre. Vous prendrez peur sans doute. Mais j’en ai marre de garder pour moi ce qui me touche, je veux rendre et dire ce qui me touche. Maud, vous me touchez. Vous m’avez touché lorsque vous avez choisi de vous installer en face de moi, cela n’était sans doute qu’un hasard, mais je l’espérais tant que mon cœur a fait un bond et mon visage neutre as du rayonné d’un vaste sourire. Et notre discussion qui ne concernait que nous. Les autres parlaient de travail, nous participions peu à la conversation, nous faisions quelques grimaces entendues pour protester ou souligner la parole de l’un ou de l’autre. Connivence simple, naturelle. Maud, voilà plusieurs semaines que nous nous écrivons, toujours au sujet du travail, pourtant il y a toujours un échange sur nos vies respect ives, sur ce que nous sommes. Nous avons conservé cette simplicité et j’ai envie de vous confier ce désir irrépressible d’être avec vous. J’y pense fréquemment. J’espère vos messages. J’espère aussi étonnamment vos silences car je sais que même s’ils peuvent être long, ils seront un jour rompu par vos mots, et que ces mots je les accueillerai toujours avec espoir. Hier, nous avons fait notre réunion Skype et votre débardeur m’offrait un merveilleux décolleté. Je me suis retenu de vous demander de sortir vos seins de votre débardeur, de les caresser, de me montrer comment vous les caresseriez si vous étiez seule chez vous. Il y avait un miroir sur le côté de votre étagère et je vous ai imaginé un gode de belle taille fiché dans votre cul démoniaque, un autre enfoui dans votre chatte baveuse, vous sur votre lit, au-dessus de votre miroir, vous baisant dans un rodéo endiablé. Maud, cela ne vous étonnera pas, mais je jouis de vous depuis des semaines. Certaines nuits me conduisent à jouir dans mes rêves et de constater dans un demi-sommeil que mon éjaculation était bien réelle. Maud, tout chez vous me donne envie de vous baiser, de vous aimer, de vous attendrir, de prendre soin de vous, de vous malmener, de vous prendre. Tout chez vous me donne envie de me laisser aller, de m’offrir à vous, que vous me baisiez aussi, profondément. Tout chez vous me fait osciller entre animalité débridée et tendresse infinie.
Maud, cette lettre sera peut-être sans réponse pour mille raison. Parce que vous me prendrez pour un fou, un taré, un obsessionnel, un dépravé, un homme déviant, instable, immature, dangereux, par ce que vous considèrerez que vous ne ressentez rien de cela, parce que je peux ne pas vous plaire, parce que je me suis fait tous les films du monde et que je suis rêveur et naïf, parce que vous êtes mariée, parce que je me trompe de femme, que vous n’avez aucune envie de vous investir dans une relation que je ne saurais définir, parce que nous n’habitons pas la même ville, parce que j’entretiens de nombreuses relations, parce que j’aime l’idée du sexe débridé, l’idée que l’osmose peut nous conduire à la luxure, à la transgression, parce qu’aimer c’est aussi savoir explorer à deux les ombres qui gisent en nous, parce que je suis un homme quelconque, au physique quelconque, aux passions quelconques, parce que vous vous êtes la vie, la force, la vitalité, l’éros qui enchante le monde, oui vous pouvez choisir chacune de ses raisons pour ne rien me répondre ou pour me jeter. Mais je ne veux plus me cacher, je ne veux plus vivre cette dernière scène du restaurant où je regrette amèrement de ne pas vous avoir proposé de rester avec moi, où je me retrouve seul comme un con à rentrer chez moi alors que j’apprendrai le lendemain qu’en rentrant à votre hôtel avec Sonia vous avez fini par aller faire une belle fiesta dans un club qui avait tous les airs d’un club libertins.
Maud, j’aimerais pouvoir être à vos côtés. M’endormir nu contre vous, mon buste contre votre dos, mon sexe contre vos fesses charnues, une main sur votre poitrine délicieuse, mon visage dans le parfum de votre cou. Maud, j’aimerais me réveiller, ne serait-ce qu’une nuit en bandant contre vous, glisser mon sexe entre vos lèvres et vous réveiller ainsi doucement lentement, croitre de plus en plus en vous, vous emmener du rêve à la réalité, repartir avec vous dans le rêve.
Maud, soyons à nos côtés.

 

Bien à vous

Raphaël

Commentaires

  1. Maud apprécie, tellement, si vous saviez.

    RépondreSupprimer
  2. Vous connaissez Maud ? Il faut absolument me la présenter !
    Vous voulez bien ?

    RépondreSupprimer
  3. Peut-être que Maud vous répondrais cela http://authentiquestropiques.com/ailleurs-et-vous/ . Mais la réponse écrite avant la lettre, ce serait étrange

    C'est un beau prénom Maud.

    RépondreSupprimer
  4. En chaque homme, il y une Maud sûrement... ou un Marc. Ou plusieurs Maud et plusieurs Marc peut-être. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du moment qu'il y a aussi un Raphaël... et la je dis : "Maud ! sort de mon corps !!"
      Je suis pas certain qu'il y ait beaucoup de Marcs (prononcez Marx) en moi, mais des Mauds, c'est possible !

      Supprimer
  5. Depuis que j'ai lu ton billet, je n'arrête pas de re fredonner cette chanson de Yelle : https://www.youtube.com/watch?v=UAzgp7CCxMc

    :-)

    RépondreSupprimer
  6. Je savais pas que les poneys ça le faisait grave point de vue drague.
    Mais pourquoi je n'ai pas d'équidé ?

    RépondreSupprimer
  7. 'ttends, un mec qui me dit " Tu sais que j'ai un poney chez moi...", ça me ferait trop marrer ! Super amorce de discussion. ^^

    RépondreSupprimer
  8. Bon, ben j'ai plus qu'à exaucer les voeux de ma puce, avoir un Poney dans l'appart. A condition qu'elle me le prête bien sûr.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube