Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2018

La mer au calme (Hémérocalle)

Au sillage du val s'étale le dédale persillage sans cale pour l'affable équipage plage en nage de l'aimable langage ce massage s'enlace et s'affale en rafales ou s'enchâsse dans la passe des sucs et des lacs infantile Ariane fille liqueur pour l'enfantillage mâle page blanchâtre au passage fleuri des pétales s'enlacent

Le refuge des bêtes

Entends-tu ? Entends-tu ces bruits ? Je les reconnais. Ce sont des râles, des râles de bêtes fauves. Des sacres d'hiver, des fins de saisons s'acheminant vers ce néant qui m'engloutit quand je te baise. Baise. Baise. Susurre moi ce mot là. Baise. Lèche le sans fin, lisse mes poils avec, caresse moi de tes jolies pates tachetées de lumière. Dépare moi de ma mue. Entends-tu ces mugissements de diable ? A chaque étreinte de ton corps, les voilà qu'ils se révèlent, qu'ils se réveillent. Je t'ai prise comme un diable, j'ai fourré ton con de ma queue drue et luisante. J'ai blanchi ton tréfond et rougi ta peau. Mordu ton cou tandis que je labourai ton cul. Je perds la raison à trop te malmener. Est-ce toi que j'aime ? Est-ce te malmener que j'aime ? Baise vitriol, heures volées à la nuit avant même qu'elle ne tombe sur nous et nous engloutisse.
Je ne marche plus dans la rue. J'ai peur du regard des autres. Je préfère m'enfuir à la nuit tombé…