Accéder au contenu principal

Il pleut pour deux (Cyclone)

Est-ce qu’à cette heure où je t’ai plu,
il pleut pour deux ?
Mains jointes hier

aujourd’hui si peu

Retire donc ces baies tremblantes
sous ma haie
Mesure ces pertes lovées

en ces coups

Rage dans les fourrages
et peurs au grand jour
Nos pas ne s’encrent plus

mes pas

s’écrivent si flous
Thé glaçant, trouble et brûlant
ma main tremble et se perd

ton cou

Plaie ouverte
il aura fallu que je chante
« encore un peu »

Les épépiner

arracher les peaux mortes
encore un peu plus
Me protèges tu du vol ?

qui je suis ?

Vie masquée sous les traces
vêtement aux parures d’or
Age de ce qui ne se supporte plus

fuir par là

Mer sombre comme cet arrière goût,
cette fin de cycle
Aune fragile qui périra

d’une hache

l’abattant d’un coup
Pleurer car oui, sur notre île
cette nuit pour deux

Il pleut

Commentaires

  1. Réponses
    1. Abattre un arbre, pour en faire croitre d'autre.
      Est-ce si triste de constater ce qui n'est plus si l'on sait ce qu'il est déjà et sera demain.
      Bon trève de petite philosophie, il y a de la tristesse, oui, mais aujourd'hui le cyclone est passé, il en emporté avec lui la pluie, le vent et les nuages. Ciel bleu azur sur l'océan. je verrai bien où mène cette pirogue ci.

      Supprimer
  2. Atelier peinture? Comme perle vallens , triste et beau à la fois . je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le cheminement invite à tenter une esquisse du dessin en gestation. L'âge adulte.

      Supprimer
  3. Très joli texte, triste mais beau !! Chapeau l'artiste

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…