Accéder au contenu principal

Christine 3 : Contact

J’imagine ce monde des possibles, je fais passer une par une des perles de nacre dans un fil imaginaire. Chacune de ces perles représente un monde de possibles… Cette fois je l’ai rejoint dans sa boutique, j’arrive, elle est occupée avec une cliente, ce qui me donne le temps de la détailler. Elle est vêtue d’une jupe de lin simple dans les tons ocres, un chemisier sans manche assorti avec un léger décolleté, ses jambes ne sont pas contraintes, une ouverture met en valeur la couleur de sa peau satinée, caressée par un soleil généreux. Des images me reviennent, je sais qu’elle ne porte parfois pas de culotte, je cherche à en juger, oui c’est possible, je ne vois nulle trace en surimpression, l’a-t-elle fait juste pour me provoquer ? Cela ne m’étonnerait pas après tout, en tout cas je l’imagine avec beaucoup de plaisir et mon visage s’illumine d’un sourire discret. Nos regards se croisent à cet instant, je sais qu’elle a deviné qui je suis, elle me répond, ses yeux reflètent une lueur que je crois mutine. La cliente est partie, je me présente, nous engageons la conversation. Finalement le courant passe facilement, les mots viennent naturellement, à peine 10 minutes que nous discutons et déjà les sujets se font plus intimes. Je lui parle de ces textes, des effets qu’ils ont eu sur moi, d’un air faussement détaché sur le ton de la plaisanterie je lui dit que j’ai souvent rêvé caresser son corps, titiller ses anneaux, je lui glisse d’une voix basse qu’il m’est même arriver de désirer la posséder, la fesser ! Silence, elle ne répond pas, je rougis mais ne sais que dire, je la vois se diriger vers la porte du magasin, je comprends que je suis allé un peu trop loin. Mais au lieu d’ouvrir la porte pour me montrer la sortie, elle la ferme à clef en retournant le petit écriteau « fermé ». Je n’ai plus redit un mot depuis ma dernière déclaration, elle se dirige vers moi, passe sur mon côté me regarde déterminée et me glisse au creux de l’oreille « je m’offre à toi, suis moi ».

Nous allons passer de l’autre côté, je rassemble le peu d’assurance qu’il me reste pour tenter de faire bonne figure, je sais être capable de beaucoup, je dois composer un visage, un personnage, je n’ai que quelques secondes pour cela. Mais que vais-je faire ? Certes j’en ai rêvé toute la nuit, mais sans y croire. Ce personnage je ne l’ai jamais joué. Elle marche devant moi, nous nous dirigeons certainement derrière l’arrière boutique, au calme, loin de tout regard. Cette fois je sais qu’elle est nue sous sa jupe, elle m’attendait et elle savait précisément où elle voulait m’emmener dès le début. 

La Salope !

et moi qui depuis plusieurs jours suis complètement englué dans mes atermoiements ! Son cul me saute subitement aux yeux, elle balance ses hanches ostensiblement, féline et absolument féminine voilà ce qu’elle est, une chatte en chaleur et moi un mâle en rut. Je dois me dominer, je vais la dominer. Je prends les choses en main. Je l’appelle, elle se retourne d’un air quelque peu interrogateur, s’arrête, figée. Elle doit penser que j’hésite à la suivre. Elle se trompe, j’ai fait mon choix. Je fais quelques pas, mon visage s’approche du sien, je la regarde intensément, je sens son souffle m’envahir, son parfum m’envelopper, l’intimité s’est faite, ça y est le contact est noué. Je lui fais face, l’une de mes mains se pose sur sa hanche gauche, je vois qu’elle sourit, rassurée sans doute de me voir entreprendre les prémices d’une balade exaltante, je remonte ma main, dépose l’autre à l’opposé, rapproche mes lèvres des siennes. Son rouge à lèvre me toise, il me provoque, tu vas voir… Ma main est désormais dans ses cheveux, je sens sa poitrine contre moi… souvenir… je l’ai vu harnachée, pincée, tiraillée, percée, ornée, qu’elle était belle cette lourde poitrine ainsi torturée, des chaînes, des pinces, des anneaux… ses lèvres laissent passer une langue délicieusement humectée, sa langue est prête à faire les présentations d’usage. Je choisi ce moment pour affirmer ma prise sur sa nuque, je saisis une poignée de sa chevelure châtain foncé, presque brune, stoppant fermement l’élan qui la poussait à unir nos lèvres. Je ne dis toujours rien, j’ai l’impression que le temps est suspendu, je lui souris, elle me répond plus mutine que jamais, cette fois c’est mon visage qui parcoure les quelques centimètres qui séparent nos lèvres, sa langue tente une nouvelle sortie, en vain elle ne peut m’atteindre.

311537111_2f7413121c_o

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…