Accéder au contenu principal

Geisha organique

Je me suis inspiré d'une très belle musique éponyme de mon amie Chamylia, si vous souhaitez lire ces mots accompagnés de la musique pour laquelle ils ont été créés, il vous suffit de me le demander.




Motiro. Me yeno tedeba. Akaku. Oni. Umi yomo ta. Akina nii.

Limpide
Je l'entends pour la première fois
Petite voix intérieure
Douce voix étrangère
Je l'entends
Ne la comprends pas
Je la ressens
Elle est là
Paupières closes
Respiration calme
Lente
Je la laisse faire
Doucement
Ses mots me touchent
Un à un
Elle m'imprègne
Timbre fluide
Calque de mes pensées
Syllabes intimes
Caressantes
Inconnues
Alphabet asiatique
Geïsha organique
Invisible
Compte goutte
Perfusion synthétique
Rythme intraveineuse
Battement de plume
Sous ma peau
Dans mes veines
Transhumance en tout lieu
Mon corps s'efface
Abstraction mélodique


Motiro. Me yeno tedeba. Akaku. Oni. Umi yomo ta. Akina nii.


La voix se fait plus présente encore. Alors que le réveil se fait, je sens mon corps et mon âme partir loin, partir ailleurs sur les traces de cette voix étrangère et troublante. Des lianes me caressent de toute part, le sol se teinte d’un vert lumineux, les murs en sont pénétrés. Mon lit devient mousse, herbe, floraison printanière, des impressions végétales parcourent mes veines. Je me fonds dans cette nouvelle virginité, guidé par ces mots asiatiques. De ma chambre cloisonnée me voilà libre au coeur de vastes plaines nuageuses. La sonorité de cette nature neuve et immaculée se distille jusque dans mon souffle. Une bruine chaude, un crachin tiède, une brise légère rend progressivement mon corps liquide. Je deviens l’eau, liquide comme cette voix énigme. Je m'évapore aussitôt. Je suis alors éole, volant par dessus les étendues  verdoyantes, pris dans une course où le temps se fige, je veux que mon souffle parcoure la peau et le timbre de cette voix ensorcelante qui accompagne chacune de mes pensées. Guidé à une forêt de bambou. Impénétrable, secrète. J'y pénètre. Ma présence fait ondoyer les feuilles acérées des grandes tiges verticales. Vert translucide. Des ombres, nombreuses, parsemées, cercles sombres au sol, face à la forêt verticale. Je me fonds en elle. Je me multiplie. Au Nord, à l’Ouest, au Sud, à l’Est, je pars à sa recherche en quête de son écho musical et hypnotique. Orienté par la musique, je vis l’initiation geïshatique. Un rite floral. Enfin. Entre le vert et l’ombre je découvre une peau blanche, le velours délicat d’une fleur de nacre. Je crains qu’elle ne s’efface une fois parcourue de mon souffle. Doucement. Lentement. Orchidée féminine au parfum exotique. Prolongement des bambous, elle m’offre le contraste d'un corps liane et de la rigidité des grandes tiges. Elle. Moi. Je tends ma main, effleure la surface de ses chairs. Et c’est elle qui me pénètre, elle foisonne en moi. Elle bat en mon cœur et fait affluer mon sang vers la surface caressée. Virginité florale, shibari extatique. Je vis une offrande parfaite, l’offrande d’une princesse au service du roi que je suis.


Koriu ki. Kolo ni va. Aï. Yutiro. Maeyo tekita. Soleba.


Je m’approche. Elle m’envahit paisiblement. Je n'ai pas peur. Elle est en moi, je sens son odeur de femme, de partout. Prégnante, elle imprime chaque forme de vie de son odeur féminine. Complexe, légère et sombre. Je suis conquis, prisonnier de sa voix et de son corps. Elle prend racine dans le sol, terreau fertile qui propage à l’infini sa beauté végétale, tissant des liens invisibles et souterrains. Chaque feuille, chaque fleur, devient autant de caresses qu’elle sait me prodiguer. Me voilà nu, complètement démuni, tout à fait conquis, perdu dans les bras frais et subtils de cette femme nature. Je deviens minéral. Je profite de son énergie pour en garder la chaleur, la restituer, la faire bouillir et croitre, croitre sans limite, gonfler, me gorger de sa voix et devenir dur, viril, pierre. Sans fin. Son offrande me rend fort, je me nourris de sa fluidité pour concentrer en moi les pierres les plus précieuses. Le cœur rubis, bouillant, rouge presque noir. Mes yeux de jade, du bleu au vert, léger, éthéré, absent. Son regard noir, pépites noires parfaites où les rois se noient. Mes mains blanches, sur sa peau de diamant, je deviens diamantaire. Orfèvre. Ses lèvres au rouge subtil et enivrant, lie de vin aux saveurs minérales. Et je croîs encore, une croissance où fourmille la lave chaude, prémices des énergies destructrices et régénérantes. Mon esprit devient feu. Je brule de la fraicheur végétale qu’elle fait couler en moi. Je crains de la pervertir, de la souiller par la chaleur moite qui s’exhibe de mon être. Son écho est en moi, et encore elle m’apaise, elle me conforte, me rassure, je ne comprends toujours pas ses mots, mais je comprends leur sens. Viens. Ne crains rien. Viens. Suis-moi. Soit en moi. Soit pour moi. Donne-moi la vie. Fais couler ta lave en moi. Viens.


Koriu ki. Kolo ni va. Aï. Yutiro. Maeyo tekita. Soleba.


Déclic. Ni contrainte, ni tabou. Déclic. Je deviens enragé. Je la prends. Je la serre. Je l’étreins. Autour de moi tout s’estompe, tout se confond. Il n’y a plus d’espace, plus de plaine, plus de feuilles, plus de son, juste sa voix, toujours. Juste le désir irrépressible de prendre cette offrande, elle est faite pour moi et je la dévore des yeux, des mains, des lèvres. Une jambe à l’entrejambe. L’eau coule, source décuplée. Je la mords, je veux te manger, te baiser, me nourrir de toi, t’absorber. J’enserre ses reins, la soulève, la libère. La liane s’enroule autour de moi, me lacère, me caresse. Déchainé, je serre, encore, je veux qu’elle rentre dans mon torse, l’avaler entière, l’absorber toute entière. Animal, je suis en rut, je ne pense plus, je ressens, je vis. Je la déchire de toute ma longueur miraculeuse, arqué comme jamais, je la pourfends et sa voix est toujours douce, rassurante. Elle me parle, toujours les mêmes mots. Elle m’invite, plus loin. Elle m’invite à me noyer de son eau végétale. Elle me souffle de la faire femme, passer la virginité florale, lui offrir la vie et la force. Je n’ai pas à forcer, les chairs s’écartent, fondent, se répandent en mon corps, fraicheur et chaleur. Toujours si blanche, si pure. Et moi rouge, fulminant, aussi sombre qu’un taureau massif. Le combat est inégal, mais je ne sais pour qui. Elle m’épouse parfaitement, se moule sur mes propres formes masculines. Je rentre, plus loin, encore plus loin, profondément, et je m’ancre au fin fond de ses chairs chaudes et accueillantes. En un instant tout se confond, tout s’écoule, fusion, brulure, frisson, brulant, dévastateur, et ses mots, litanie douce et troublante... recommencement...


Motiro. Me yeno tedeba. Akaku. Oni. Umi yomo ta. Akina nii.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…