Accéder au contenu principal

34 ans

Je suis un homme
Je ne suis pas une femme

Je suis une femme
Je ne suis pas un homme

J'ai un sexe
Je suis un homme
Je suis une femme

J'ai une bite
Je devrais être un homme
J'ai une queue
Je ne sais pas être un homme
J'ai 34 ans

Précoce, éjaculateur
Trop tôt, trop vite
J'ai un sexe d'homme
Il m'échappe, me trahit, me frustre, me vexe, me blesse
Désirer c'est sale, avoir envie de baiser c'est sale
Faire l'amour, faire l'amour, faire l'amour, c'est beau, c'est pur
Pénétrer, profaner, violer, c'est impur, c'est pas bien
Je suis un homme
Je ne suis pas un homme
Je suis un enfant
J'ai 28 ans

Le foutre se répand
Je veux qu'il la remplisse, je veux la noyer
Elle est allongée sur le sol
Le sexe béant, blanchi de ma salissure
Une marre de sang blanc se répand sous son corps
Elle est morte, c'est mon sperme
Je suis un homme
Je suis un fou
J'ai 34 ans

Je suis un homme
Je n'aime pas les hommes
Je suis une femme
Je n'aime pas les hommes

Je suis un homme
Je suis une femme

Je suis sensible
Je suis une femme
Je suis fragile
Je ne peux pas être un homme
Je suis un homme
Je suis un homme
Je ne sais pas être un homme

Je fais l'amour comme une femme
Des caresses, des caresses, des caresses
Des baisers, des baisers, des baisers
Je fais l'amour comme une femme
Fuir la pénétration, craindre le viol, ne pas prendre pour moi
Donner, donner, donner
Je suis une femme
Je suis un homme
J'ai 25 ans

Je veux prendre, posséder, étouffer, détruire
Je veux jouir, avoir la jouissance
Je ne veux pas être une femme
Je dois être un homme
Je suis un homme
Je suis un homme
Je suis un homme
J'ai 32 ans

Interdiction de penser à moi,
Interdiction de montrer mon désarroi,
Interdiction de le dire
Je suis une femme
Je suis un homme

Toujours donner, donner, donner
Désirer c'est vouloir, c'est convoiter, c'est prendre pour soi
Rien que pour soi
Ça n'est pas bien de demander, oui maman
Ça n'est pas bien de vouloir pour toi, oui maman
Ça n'est pas bien de vouloir l'amour de tes frères et sœur, oui  maman
Ça n'est pas bien de faire des bêtises, oui maman
Je ne fais pas de bêtises, je ne dis pas de gros mots, je travaille bien
Je suis un homme
Je suis un enfant
J'ai 7 ans

Je te hais
Je te hais toi ma mère
Je t'aime toi ma mère
J'ai 33 ans

Je suis un enfant qui veut être un adulte
Plaire aux adultes
Répondre à leurs attentes
Oublier que je suis un enfant
Vouloir être un homme et rester enfant
Être parfait en tout point
J'ai 10 ans

Je suis un homme
Je suis un homme
Je suis un homme
Je n'aime pas les hommes
Je suis un homme
Je suis un homme

Pas de père
Un père
Je regarde mes dessins d'enfant
Pas de père
Pas d'homme
Ma mère
Ma soeur
Un clown
Je suis un enfant
J'ai 4 ans

Tu es là, mais tu n'es pas là
Fais de moi un homme, reconnais moi, dis moi c'est bien
Pourquoi tu ne me dis rien ?
Pourquoi je ne te dis rien ?
Dis papa, c'est quoi être un homme ?
Dis papa, tu m'aimes ?
Dis papa, je t'aime ?
Tu seras un homme mon fils
Gravé dans l'imaginaire
Mais jamais dit, jamais ressenti, jamais vécu
J'ai 10 ans, j'ai 15 ans, j'ai 20 ans, j'ai 25 ans, j'ai 30 ans, j'ai 34 ans

Je te hais
Je te hais toi mon père
Je t'aime toi mon père
Je ne veux pas être comme toi, fort et intelligent
Je veux être comme toi, fort et intelligent
Je suis un enfant
J'ai 14 ans

Je ne suis pas fort
Je suis un adulte
Je suis un homme
Je suis intelligent
Je suis un homme
Je ne suis pas fort

Tu n'es pas mon père, tu ne peux pas être mon père
Je ne suis pas un homme
Je suis un homme
Je ne suis pas comme toi
Je suis un homme
Je suis comme toi
Je suis un homme
Je suis un homme
Je n'aime pas les hommes
J'ai 19 ans

Je suis sensible, je suis tendre
Je suis attentionné, je suis là pour les autres
Je suis une femme
C'est quoi être un homme ?
Je suis un homme
Je suis ton homme
J'ai 34 ans

Je partage ton quotidien
Je veux de la passion, tu en as moins
Je veux des rêves, tu n'en veux pas
Je suis un homme
Je suis un enfant
Tu n'es pas ma mère
Tu n'as pas à craindre d'elle
Tu es ma femme
Je suis ton homme
J'ai 29 ans

Je te possède dans nos étreintes
Je suis un homme
Je me suis laissé faire
Tu m'as empiété, j'ai laissé faire
J'étais à toi, je ne suis à personne
Ne pas blesser, donner, donner, donner
Te donner goût à la vie, te donner vie
Je suis une femme
J'ai 28 ans

Je reprends peu à peu, doucement
L'engagement lie, enchaîne
Se libérer s'est trahir, s'est reprendre
Je donne, je donne, je donne, je dois donner
Tu es fatiguée, je suis là
Je suis fatigué, tu n'es pas là, pas toujours là
Tu es fatiguée, je suis fatigué, je suis là
Je me libère doucement
Je suis un homme
Je suis un homme
J'ai le droit d'être un homme
J'ai 32 ans, j'ai 33 ans, j'ai 34 ans

Dans ses yeux, je suis fort, je suis beau, je suis grand
Elle est mon enfant, ma fille
Je suis un homme
Je suis son père
Je serai présent, pas trop
Je serai aimant, pas trop
Je serai autoritaire, pas trop
Je l'aiderai à être elle même
J'ai 34 ans

Elle deviendra une femme
Je serai son père
Un homme, pas une femme
Un homme, pas son homme
Un père qui est un homme
Un mari qui est un homme
Un amant qui est un homme
Un enfant qui est un homme
Un fils qui est un homme
Un homme qui est un homme

Je suis un homme
Je ne suis pas une femme
Je ne suis pas une femme
Je suis un homme imparfait
J'ai le droit d'être un homme imparfait
Je n'ai pas à en souffrir
Je dois aimer les hommes
Je dois m'aimer
J'ai 34 ans

Commentaires

  1. Ce Maitre a vraiment besoin de retourner sur les bancs de l'école, cette fois-ci pour apprendre à compter dans le bon ordre 34, 28, 34, 25, 32... ça fait désordre. Et aussi pour mettre de l'ordre dans ses idées. Que c'est confus ! Est-ce le moment de dire bon anniversaire ? Hermaphrodite ?

    RépondreSupprimer
  2. Tout d'abord, je ne suis pas un Maître.
    L'école a-t-elle pour vocation de mettre de l'ordre dans les idées ?
    A part cela, je vous l'accorde, c'est confus... et c'est voulu.
    L'anniversaire est déjà passé.
    Hermaphrodite ? Non. Et vous ?

    RépondreSupprimer
  3. ah ne me parlez pas d'école , d'ordre, de moule...c'est tout ce que je suis en train de prendre en pleine face cette semaine avec mon fils.
    c'est très difficile quand l'enfant ne colle pas à ce qu'on attend de lui, qu'il est plus lent,plus rêveur, plus fille peut être ...et c'est bien tout ce que j'aime chez lui, ce côté féminin qu'il sait déjà allier à son côté masculin.
    je l'envie car moi je suis bien incapable de laisser sortir mon côté masculin et il me serait bien utile parfois...surtout en ce moment où je mélange le 37 ans et le 7 ans!!
    :)

    RépondreSupprimer
  4. L'instit qui n'en est pas 125 novembre 2010 à 19:43

    Pas Maître ? PLUS Maitre alors ! Et plus décadent non plus ?
    L'école peut apprendre a raisonner, ou donner un certain esprit mathématique, tout cela peut aider à mettre de l'ordre dans ses idées.
    Mais si le désordre est voulu alors tout va bien, sauf qu'on y comprend rien.
    Moi ? Ah ah c'es votre faute c'est vous qui m'avez trouvé un pseudo asexué L'INSTIT

    RépondreSupprimer
  5. Vous devez vous aimer! Mais pourrez-vous vous aimer autant que ces délicieux chocolats qui vous donnent vos petites rondeurs? C'est quoi la marque déjà? On ne sait jamais, les fêtes approchent!

    RépondreSupprimer
  6. Ah mais c'est pénible de parler avec quelqu'un qui est toujours ailleurs et qui donc n'est jamais là pour vous répondre ! Pourquoi toujours être ailleurs ? A cause de noir désir ? Noir comme le chocolat ? Désir de chocolat? Alors vous cette marque de chocolats, vous me la rappelez pour que je vous en offre! A moins qu'en renonçant à la décadence, vous renonciez également aux rondeurs! Préférez-vous que l'on vous offre un abonnemet dans une salle de muscu?

    RépondreSupprimer
  7. @ Dita : tu sais ce que j'aime bien ici ? C'est de me dire qu'on peut aussi parler de nos ptits bouts, de l'école ou d'autres choses encore qui n'avaient pas beaucoup de place dans la décadence.

    @ L'instit : ne nous restreignons pas trop avec ces histoires de pseudo, choisissez le votre, cela vous ira sans doute mieux que celui de l'Instit. Vous voulez m'offrir des chocolats ? C'est gentil ça. Vous avez bonne mémoire visiblement, même s'il vous manque la marque. :)

    RépondreSupprimer
  8. Il y a toujours une part d'enfant en nous qui met un peu le désordre dans nos esprits.
    Moi j'ai trouvé ce texte super mignon et super drôle...Une chanson tiens ;)....Comme un rêve...

    Bise à vous Ici ou ailleurs :)

    RépondreSupprimer
  9. Ici et Ailleurs
    Un homme une femme
    7, 10, 15, 20, 25, 30, 34
    Etre soi à tout age
    sans pour autant avoir l'impression d'être
    La confiance en soi est notre propre moteur.
    C'est confus ? Non !
    Seulement le détail de tout ce qui parfois
    circule dans notre tête.

    Un texte très beau, que je transpose complétement.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne dois pas être une bien bonne enseignante (pourtant...) parce que moi, je ne l'ai pas trouvé confus du tout, ce texte. Vivant, incroyablement sensible, touchant, mais pas confus du tout...

    Apprendre à vivre avec nos douleurs et nos imperfections... Les dépasser. Les transcender pour enfin se regarder dans le miroir (au figuré) et voir ce qu'il y a de beau...

    Baisers à toi...

    RépondreSupprimer
  11. @ Un océan d'amour : Vous savez quoi ? En l'écrivant, je me suis dit que ça pourrait être une chanson (si j'avais eu un quelconque talent de parolier). Par contre, moi en l'écrivant je me suis dit que c'était loin d'être super drôle ! Comme quoi, les mots raisonnent différemment en fonction de celle ou celui qui les lit.

    @ Noosicaa : alors nous devons avoir des clefs de lecture communes

    @ Ange Solaire : Vous en êtes une, et vous comme moi le savons très bien. Vous/Tu me connais bien, tu sais donc qu'il y a en toi, en moi, en quiconque des zones d'ombres qui permettent de distinguer la lumière. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  13. Un jour, IL sera vieux et il s'aimera...

    RépondreSupprimer
  14. Instit, pas instit, j'ai une question : Puisque vous évoquez mes rondeurs, mon goût pour une certaine marque de chocolat et étant donné que vous me tutoyez lors de votre dernier commentaire, je me demande si nous nous connaissons. Est-ce le cas ?

    RépondreSupprimer
  15. @ Titia : je veux bien y croire oui ! :)

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. je suis touché par tes mots... Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  24. Très joli texte, très sensible, très nature, très touchant.

    Oui. Nous avons bien le droit d'être imparfait. N'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  25. je trouve ce texte magnifique et sensible, assez révélateur des questios et émotions contradictoires qui nous assaillent.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Les silences coupables

Parfois, je me demande ce que je fais ici. Parfois, j'ai envie de pleurer. Un peu comme là, maintenant. Je pleure aussi. Mais pas maintenant. Je me suis sans doute trop mis en danger en choisissant ce job qui me fait perdre nombre de repères. Plus tard, et parfois aussi déjà, je me dirai, c'est bien tu as beaucoup appris. Je le dirai en étant intimement convaincu. Parce qu'on oublie vite. Je viens de lire quelques extraits de vie d'une femme masochiste. Elle raconte ce qu'elle a pu vivre et ressentir en peignant ses mots d'une belle tendresse. Oui, masochisme et tendresse. Cela me parle sans que je ne sache vraiment pourquoi, peut être pour les moments réellement partagés avec des personnes qui croisent notre chemin, s'y attardant ou pas.

Il est 2h13 du matin, ici. J'ai bien dormi jusqu'à minuit 45. Ensuite les pensées travail m'ont assiégées, cette tension dont je n'arrive pas suffisamment à me départir. Le ventre tendu, la boule au ventre …

Revoir les orties

Il n'y a pas d'orties ici. Pourtant, je les cherche, parfois je crois en déceler. Mais il s'agit toujours d'une autre plante.
Je crois que cela me manque, c'est comme les bruyères et les genêts.
Leurs parfums qui irriguent le paysage, qui me rattachent à mon histoire. Ce sont des images de mon enfance.
Paysages de rocailles, de côteaux en cette vallée de l'Eyrieux dont je ne connais finalement que quelques bouts. Paysages de plateaux du Vivarais pour sa fraîcheur et ses prémices du gerbier ou du Mézenc. Ce sont des souvenirs d'un autre temps, comme les tapis de violettes sous le sous bois, en bordure de la vallée du Rhône, sur les premières pentes du massif central.
J'ai du ici, oublier. Oublier de couper un genêt pour en faire un fouet. Oublier de saisir quelques tiges drues, quelques bouquets vert. Oublier d'hésiter entre les cuisiner pour mes hôtes du soir, où les réserver pour un moment à moi. Je suis nue. Tout proche coulent les sources. Voilà p…