mardi 23 janvier 2018

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors
Gris neige et pluie, chacun passe
Marche et vite
Sâle lumière blême de l’aube
Les noctambules sont restés

Au lit

Souffle chaud fondant comme de l’or
Nuit rouge et carmin, charnelle masse
Battements vifs
Belle lueur faible crépuscule
Les amants ont retrouvé

La vie

Ils sont là au dehors les bourlingueurs
Du marché les mains glacées
Légumes d’hiver
Le nez rouge sans l’alcool
Les dormeurs sont encore à rêver

Leur nuit

Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur
De l’étreinte les mains chaudes
Mangue charnue
Les coeurs vibrent à l’aube
Il est temps de sombrer dans nos rêves

A l’aube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire