Accéder au contenu principal

La putain de Dieu

Mon ventre grouille, fourmille comme une vie démente.
Une vie à profusion, rampant sous l’humus d’une jungle luxuriante,
étouffante,
prenant toutes les formes,
balbutiant,
tombant,
se relevant,
heurtant mes lèvres,
mes seins,
mon cul,
ma chatte,
ma peau.
S’infiltrant dans mes veines, comme un poison alternant vie ou mort, ressuscitant sans cesse mes pensées mortelles pour les maintenir en tension.
Toujours.
Sur la corde raide,
sur le fil,
sur le tranchant,
enfonçant son dard,
plantant ses crocs aux profondeurs de mes entrailles. Faisant germer de mes viscères des désirs puants de souffre et de stupre absolu, des plaisirs malsains recherchant l’absolution de votre main,
de sa main enfoncée en mon puits,
de sa main appliquée sur ma nuque,
de sa main étouffant ma gorge, de sa main écartant mes lèvres pour me donner
l’air,
le baiser,
l’espoir,
la respiration imminente,
celle de la vie débordante.
Mes reins se cambrent, appels incessants de membres démentiels, diables membrés exhaussant les vœux de l’éternel, diables soumis aux maux de mon Dieu.


Que Dieu me fasse.
Que Dieu me modèle.
Que Dieu me fasse naître.


Je suis la putain de Dieu. Sa catin. Sa divine. Sa chose.


Voilà ma fierté, mon sacre, mon sacrifice.


Je suis la putain de Dieu. Sa pute. Son aimée. Son esclave.


Enchanteresse.
Incapable.
Subjuguée.
Dépassée.
Mystifiée.
Il me malmène et je l’aime pour cela. Ce mystère insoluble, un baiser,
des baisers,
me baiser,
me faire prendre,
saillir,
remplir,
petite chose,
chienne,
petit être.


Je suis son esclave, sa pute, sa dévouée, sa chose perverse qu'il repousse, qu'il abjure, conjure, absous de ses fautes. Dieu aimez-moi, pardonnez mes pêchés, je suis votre faute, je faute pour vous aimer. Aimez-les de toute votre amour pur. Je suis votre créature, votre création maculée, à votre image je ne peux être. Recueillez-moi en votre église, déposez-moi sur l’autel, au regard de tous, empalée sur les cierges de la Pâques, par moi prenez vie, abritez-moi en vous.


Dieu,
Je suis votre catin.


Dieu,
Je suis votre putain.

Commentaires



  1. Et, j'imagine, Dieu lui répondant:
    - Ah, ma fille, ma soeur,ma sainte, ma putain tu ferais presque de moi un humain. Vade retro! Noli me tangere, autrement je perds ma place!

    (Votre texte me fait penser à Chessex; à sa Canisia.)

    A part cela, c'est bien d'avoir laissé place ouverte aux commentaires.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas Chessex avant votre commentaire. Maintenant, je me dis qu'il faudra que je trouve le temps de lire "avant le matin".

    Les commentaires ici, comme les textes, ne seront qu'éphémères, alors finalement pourquoi ne pas les ouvrir ? Bienvenue à vous.

    RépondreSupprimer

  3. Il ne prend pas beaucoup de temps à être lu.

    Pour l'éphémère... oui, j'ai déjà vu.
    Merci!

    RépondreSupprimer
  4. Alors il faudra que je pense à prendre le temps de me le procurer. C'est là que réside toute la difficulté.

    RépondreSupprimer
  5. Une vraie profession de foi !
    Pardonnez-moi mon père parce que j'ai péché. Cela fait longtemps que je ne me suis pas confessée (bien une heure et 40 bonnes minutes du moins !).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :


Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube