dimanche 11 octobre 2009

Minuit onze

Minuit 11. Mardi 12 mai. Nous n’avons plus qu’à inventer le 13. Les jours se sont écoulés. Les notes s’égrènent. Vous êtes là, comme un rêve éveillé, un possible, enfin. Je suis là à tes côtés, proche, si proche. Quelques éclairs dessinent le ciel angevin, la pluie frappe au carreau sans vouloir s’inviter. Je laisse filer la plume, je sais qu’elle me mènera à vous, à toi, à moi, à Nous.

Ais-je peur de ce qui sera ?
Je vous ai dit que non…
si…
peut-être…
oui…
sans doute.

Dois-je craindre cette peur ?
Demain me le dira, demain déjà.
Un jour…
peut être…
un jour…
ce jour,
demain,
aujourd’hui,
Cet instant rêvé, je dois encore rêver. Mais je sais, je sais que cette nuit sera un rêve, une échappée belle, simple, douce, sensuelle, légère. Oui, je sais…
Et de cela je n’ai nulle peur. J’ai envie d’être à vos côtés, me nourrir de vos silences, laisser glisser sans fin mes mains sur votre peau, mouvement éternel infini léger et fluide. Toi et moi, ces deux intimes inconnus, juste un homme et une femme, juste nous deux réalisant le plus doux des rêves. Qu’attendre de cette nuit ? Suspendre le temps et le garder pour nous. Ne penser qu’à soi et laisser nos lèvres suivre les chemins qui se présenteront à elles, sans aucun mal, sans aucune culpabilité, sans manipulation, ni domination, ni soumission, laisser couler la vie, la contempler et la caresser. Je veux être à nu devant toi, je t’offre tout, sans fard, sans artifice, je veux m’émouvoir, je veux t’émouvoir.
Récolter le sel de la vie, faire de nos corps une vaste étendue d’émotions, fermer les yeux et ressentir.


fermer les yeux…

ouvrir les lèvres…

approcher…

effleurer…

goûter…

partager…

ouvrir les yeux…

22640654_p

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire