dimanche 22 août 2010

Les bonheurs du mois d'août

Un mois d'août comme autant de petits bonheurs quotidiens. Des petits riens et de belles choses. Le bonheur c'est tout simple, il suffit d'ouvrir son coeur, d'ouvrir la porte. Le bonheur ça a la forme d'un bel arbre un beau tilleul, ici et ailleurs. Le bonheur ce sont des mots offerts au quotidien, des pensées secrètes, intimes, des souvenirs. Le partage de nos musiques, la découverte de vos musiques. Le hasard de toucher en plein coeur. Le bonheur de se coucher le soir en étreingnant quelque chose d'impalpable mais de présent, c'est comme serrer contre soi une pensée. Sentir une présence permanente, se dire avant même qu'il ne se passe quelque chose qu'il se passe quelque chose. Se réveiller tôt le matin et tout de suite la caresser d'images. Le bonheur c'est ne pas arriver à dormir car une présence nous manque. Le bonheur c'est une suite de chiffres et de hasards qui n'en sont plus. C'est hésiter entre le rouge et le violet, pour finalement recevoir un carré violet proche de l'allée des violettes. C'est choisir con todas palabras comme première chanson et devenir magicien. C'est envisager une seconde chanson... Joga en version instrumentale... et de lire que j'aurais là encore toucher en plein coeur sans qu'elle ne le sache. C'est caler Cali dans un amour parfait, prendre sa bicyclette un dimanche matin, remonter le Drac et se rendre au un. Etre heureux de l'effort que je lui offre. Enfourcher mon vélo pour m'y éreinter dessus, suer pour elle, se dire qu'elle aimerait me lécher ainsi, recueillir le sel des pensées sécrétées. Faire la connaissance d'un petit chat noir et blanc, deviner un regard espiègle et curieux, chercher dans l'ombre d'une porte fenêtre entrouverte si la maîtresse du chat ne se cache pas. Se demander s'il s'agit de l'un d'entre eux. Premier étage ? Deuxième ? Ceuillir une feuille de tilleul, la déposer dans une boite à lettre, lui offrir ce marque page d'un livre à écrire. Le bonheur, c'est distinguer dans les cheveux d'une petite femme une étole de tissu colorée. Premier étage. Se poster à l'angle des violettes et escalader de ses yeux la pente du toit qui me mènera à son balcon. L'épier secrètement, voir son visage a demi caché baigné d'un beau soleil matinal. Hésiter à me servir d'un téléphone, pour lui dire juste quelques mots "je suis là". Finalement ne rien faire et se dire que peut être, à cet instant précis, 9h38, ses pensées s'extraient de ces gestes automatiques pour s'envoler vers mois, se demander si elle sent ma présence en cet instant, plus qu'en n'importe quel autre instant. La voir quitter précipitament la terrasse et espérer la voir surgir à nouveau. Le bonheur, c'est l'attendre alors qu'elle ne reviendra pas. Voir le temps défiler, se dire qu'il va falloir partir. Le bonheur c'est la quitter en se disant que bientôt, mon regard se posera à nouveau sur elle, longuement, lentement, doucement. Passer une passerelle de bois, se retrouver à serpenter dans les passages secrets d'un lotissement, de l'autre côté du ruisseau, se sentir envahir par un souvenir de préadolescence, quant à 12 ans il faisait la course à vélo avec son ami dans des allées similaires. Le bonheur, c'est sentir naître sur son propre visage un bouquet de sourire, irrépressible et bienfaisant. Le bonheur c'est se dire qu'elle lira tous ces mots et qu'elle se précipitera dans sa boite aux lettres pour se dire non je ne rêve pas, il est là, le bonheur.

3263916963_60f92bec42_z

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire