Accéder au contenu principal

Liberté et trahisons

En pleine infusion de l'insoutenable légèreté de l'être, je me mets à tourner les pages de mon livre de poche. En une de couverture un Picasso aux reflets lugubres. A regarder de loin je n'y verrai que des couleurs. De près c'est l'éphémère, la mort. L'éphémère devient léger, pourtant la mort est lourde. Je suis assis sur le canapé et je n'y suis plus. La lecture m'accorde de la distance avec l'extérieur, elle me rapproche de mon intérieur. Un leurre ? Peut-être. Pour Franz, la plus grande des vertus est la fidélité. Pour Sabina, c'est la trahison. Pour elle, la trahison c'est être fidèle à soi, c'est vivre sa liberté. Pour Franz, la fidélité c'est être fidèle à soi et aux autres. Ess muss ein, il le faut. L'impératif diffère selon nos personnalités, nos histoires. Aujourd'hui j'ai l'impression que mon impératif est un brin schizophrène. La plus grande des vertus est (était ?)  impérativement pour moi la fidélité, pourtant ma liberté semble aujourd'hui (demain ?) impérativement passer par mes trahisons. Serais-je plutôt un fidèle infidèle ou un infidèle fidèle ? A moins que je ne sois ni l'un ni l'autre. Je tourne les pages et tout m'apparaît limpide. Je ferme le livre et tout redevient opaque. Je suis légèrement ailleurs lorsque je le lis, et lorsque je pose le livre je redeviens lourdement ici comme une deuxième vague qui après la réflexion vient atteindre la sensation. L'âme et le corps, voici venu le théâtre de Théreza.

Commentaires

  1. De la "théorie" à la "pratique", il y a souvent un gouffre qui se nomme "contextes". C'est beau de considérer la trahison comme une vertu mais allez expliquer cela aux gens que l'on trahi. J'ai une démarche un peu similaire et une réflexion poussée sur l'idée de trahison depuis quelques jours (c'est curieux que cela apparaisse dans votre blog aujourd"hui). A l'heure actuelle, je sais que pour accéder à une forme d'accomplissement personnel, je vais être obligée de trahir des personnes (je ne parle même pas de trahison amoureuse) mais c'est le seul moyen pour ne pas crever avec des chaînes aux pieds... les trahisons, les gens s'en remettent et selon certains psychologues (rares), elles sont saines.. Oui, oui.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas quelle est pour moi la plus grande vertu mais la fidélité me semble totalement utopique maintenant que j'ai découvert beaucoup de plaisir dans l'infidélité. Je ne me sens aucune obligation à l'être. C'est plus un besoin vital pour me retrouver et continuer à avancer.
    Une liberté un peu entravée si on réfléchit à tous les compromis et le jonglage que cela entraîne. Mais c'est tellement satisfaisant que ça en vaut la peine.
    D'ailleurs la lecture de bienheureuse infidélité m'a conforté dans mon opinion. A lire.

    RépondreSupprimer
  3. Pas toujours si bien heureuse que ça... Je connais le livre et je reste dubitative, bien qu'étant moi-même infidéle à mon conjoint.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :