Accéder au contenu principal

L'inconnu, la trahison et l'espérance

Il y a devant moi un cable tendu à l'extrême, une tension qui ne me laisse de répit qu'entre 23h00 et 2h00. Trois heures de sommeil pour ne pas dormir. Je regarde les traits de mon visage dans la glace à la lumière artificielle, je vois des cernes profondes et une lassitude qui n'en finit plus, un visage sans expression et un regard qui trahit l'angoisse de faire le mauvais choix, un regard qui me fuit lorsque j'essaye de le prendre en chasse.

Je compile les mots. Kérouac me dit que l'amour est un duel, je me demande s'il y a des gagnants ou des perdants. Dean est fou et Sal se nourrit de cette folie non feinte, ils recherchent le "it" celui dont le jazz man parvient dans un sublime hasard à se saisir jusqu'à extinction de la nuit noire. C'est ce "it" qui me manque. Tout est là mais il manque l'essentiel. L'essentiel est indéfinissable et c'est sans doute là le drame humain. J'ai perdu l'essentiel depuis longtemps en fait, c'est une vérité que j'ai préféré longtemps enfouir et oublier. Je ne la regardais que par intermittence cette vérité en me disant alors que ce n'était rien, que ce n'était qu'une fausse impression, autosuggestion, mon bonheur était dans la continuité de ce qui avait été construit un peu par hasard et pourtant approuvé, donc décidé, c'était peut être pas assez, mais c'était déjà bien. C'est une contre vérité qui m'explose aujourd'hui à la face.

La contre vérité ne tient plus ces derniers temps. Une toute autre vérité que j'aimerais éphémère est désormais constamment tapie sous mes yeux. Je préfèrerais la faire taire encore une fois et pour longtemps mais depuis quelques semaines elle a pris racine et ne se laisse pas arracher comme de la petite herbe. Les racines sont profondes et ceux qui paieront les pots cassés n'y sont malheureusement pour rien. Je ne vis pas mal, j'ai du bonheur, des instants heureux mais il me manque quelque chose. Miossec chanterait "mais qu'est ce qui nous manque ? Qu'est ce qui nous manque, dis-le moi ?" 

Voilà la corde raide qui revient en image. Hier, j'ai préféré fuir, je me suis échappé à plusieurs reprises, elle était contre moi et j'étais mal à l'aise. Notre quotidien me met désormais mal à l'aise. Je trahis cette fois pour de bon, j'ai perdu la sincérité de ce qui nous liait. J'ai été soulagé lorsque la lumière s'est éteinte. J'ai été soulagé ce matin de partir avant qu'elle ne se réveille. Le pire c'est peut être qu'il n'y a pas de crise. Je fuis depuis quelques jours. J'ai peur de dire ce que je crois être tellement je ne suis pas certain que ce soit ce qui est. Je me mens. Je fais semblant de m'accrocher mais je me laisse chuter. Je lui donne des baisers auxquels je n'arrive plus à croire. Je perpétue le quotidien, mais ça saute aux yeux, je n'y suis plus du tout pour la première fois. Ce soir je vais faire un pas, non pas un faux pas, juste un pas dans le vide. Je ne sais pas de quel côté ma chute m'entraînera. Rien ne se répare mais tout recommence. Quand les coeurs sont en faïence, c'est foutu, c'est trop tard. Je ne suis pas certain d'aller mieux après. Je voudrais ne pas penser à ma fille, c'est évidemment impossible. L'inconnu me fait peur et me fait espérer.


Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :