Accéder au contenu principal

Lewis Carroll

20 octobre 2011

Gare de Lyon - Point Relay

A la recherche des croisades sans croix. Un jour je tomberai dessus, cela deviendra un point fixe dans chaque librairie. En tête les variations sur Marilou, de là je fais main basse sur Lewis Carroll.

"Qu'est-ce-que-c'est-que-ça ?" Demanda-t-elle enfin ?.
"C'est une petite fille !" Répondit Haiga vivement, en se plaçant devant Alice pour la présenter, et en tendant ses deux mains vers elle dans une attitude très anglo-saxonne. "Nous l'avons trouvée aujourd'hui même. Elle est de grandeur naturelle".
- J'avais toujours cru que c'étaient des monstres fabuleux ! s'exlama la Licorne. Est-ce qu'elle est bien vivante ?
- Elle sait parler, dit Haiga d'un ton solennel. La licorne regarda Alice d'un air rêveur et ordonna :
"Parle, petite fille."
Alice ne put s'empêcher  de sourire tout en disant :
"Mois aussi, vous voyez, j'avais toujours cru que les Licornes étaient des monstre fabuleux ! Je n'avais jamais vu de Licorne vivante !
- Et bien, maintenant, que nous nous sommes vues, si tu crois en moi, je croirai en toi. Est-ce une affaire entendue ?
- Oui, si vous voulez."

De l'autre côté du miroir, Alice Carroll, 1871




"En recourant à un langage trop marqué sans doute par une psychanalyse vulgaire, on pourrait dire que Carroll a pu écrire les deux voyages d'Alice comme il l'a fait tant qu'il était obsédé par les problèmes de l'enfance. Mais que, une fois délivré de leur poids, ils pouvait certes tenté de provoquer artificiellement la sorte d'extase qu'il avait une fois, et sans doute involontairement, ressentie, mais que la rencontre miraculeuse entre des dons de conteur et d'écrivain et la perception de l'intérieur d'une condition éminemment particulière : celle de l'enfant dans le monde des adultes, était devenue impossible"

Préface des deux voyages d'Alice, Jean Gattégno 11 mai 1994


Posts les plus consultés de ce blog

Un monde en soi

Chaque chose était vivante. Chaque chose était mémoire. Chaque objet était une part d'elle. Chaque objet était elle. Elle était ces objets. Ils étaient elle, sa propriété, son domaine, son monde à elle. Disposer des choses était une nécessité absolue de sa vie. Les faire siens c'était maîtriser un monde, un univers qui lui était propre, univers secret, inconnu, inabordable pour quiconque n'aurait pas été dans sa peau ou dans sa tête. Qui saurait déchiffrer le sens que prenait pour elle cette large tête sculptée qui trônait fièrement à proximité de son lit ? Travaillée dans un bois de noyer aux teintes ambrées, cette crinière sauvage prenait à ses yeux l'écho d'une chevelure de femme s'ouvrant partiellement sur le front équidé d'un animal aux naseaux puissants et au regard fier, un regard porteur de mythes aux chevauchées et aux combats fantastiques. Qui pouvait comprendre que l'anthracite et le gris de lave des tapis épais qui gisaient en rectangles sé…

La nuit rêve à l'aube

Vent glacial tempête au dehors Gris neige et pluie, chacun passe Marche et vite Sâle lumière blême de l’aube Les noctambules sont restés
Au lit
Souffle chaud fondant comme de l’or Nuit rouge et carmin, charnelle masse Battements vifs Belle lueur faible crépuscule Les amants ont retrouvé
La vie
Ils sont là au dehors les bourlingueurs Du marché les mains glacées Légumes d’hiver Le nez rouge sans l’alcool Les dormeurs sont encore à rêver
Leur nuit
Ils sondent l’intérieur le vrai bonheur De l’étreinte les mains chaudes Mangue charnue Les coeurs vibrent à l’aube Il est temps de sombrer dans nos rêves
A l’aube

L'intime et les jeunes femmes

Peut-être l'avez vous déjà vu chez Dita, pour dire vrai, je me dis que les quelques qui lisent mes quelque mots doivent nécessairement lire ceux de Dita. Notre salon de thé est parfois partagé. Pour dire vrai aussi, je ne sais pas même à qui je m'adresse. Une vingtaine de passant, quelques têtes connues sans doute, mais qui d'autre ? Une question qui n'appelle pas de réponse. STOP !! j'arrête de digresser, je gâche tout.

Chut, installez-vous, laissez-vous porter :